François Fillon accueille un séminaire gouvernemental au sujet de l'identité nationale

POLITIQUE Il vient remplacer le «colloque final» prévu le 4 février...

Avec agence

— 

Le gouvernement français le 24 juin 2009 sur le perron de l'Elysée.
Le gouvernement français le 24 juin 2009 sur le perron de l'Elysée. — G. CERLES / SIPA

François Fillon réunit ce lundi ses ministres pour un séminaire gouvernemental qui doit tirer les premières conclusions du débat controversé sur l'identité nationale lancé le 2 novembre par le ministre de l'Immigration Eric Besson.

>> La conférence de presse qui suivra le séminaire gouvernemental sera à suivre en live dès 15h30 sur 20minutes.fr, en cliquant ici

Cette réunion à Matignon sera un «point d'étape» qui remplace le «colloque final», prévu le 4 février, pour clôturer en présence de Nicolas Sarkozy trois mois de discussions dans les sous-préfectures et les préfectures autour de la question «Qu'est ce qu'être français ?».

«Un séminaire gouvernemental, c'est un honneur»

Le Premier ministre «va dire ce qu'il retient» de ce débat, a expliqué vendredi Eric Besson soucieux de montrer que cette péripétie ne signifie pas un échec d'une initiative qui lui a valu un déluge de critiques.

«Un séminaire gouvernemental, c'est un honneur», a-t-il dit lors d'une conférence de presse consacrée à une enquête de TNS Sofres montrant que pour une écrasante majorité de Français (76%), il existe une «identité nationale française».

Une charte des droits et devoirs

Nicolas Sarkozy interviendra encore dans le débat, mais dans un délai et selon des modalités que le ministre de l'Immigration déclare ignorer pour l'instant. Eric Besson s'est refusé à dévoiler les propositions qu'il compte soumettre à l'arbitrage du Premier ministre. «Il n'y aura pas nécessairement adéquation entre ces propositions et celles qui seront retenues», a-t-il prudemment averti.

Lors de ses interventions dans les discussions publiques, le ministre a par exemple plaidé pour une charte des droits et devoirs que les Français signeraient au moment de leur majorité.

350 réunions publiques, 55.000 contributions sur le site dédié

Certaines propositions émanant des 350 réunions publiques ou des 55.000 contributions sur le site dédié semblent avoir retenu son attention. Il s'agit notamment de la mise en place d'un service civique pour les jeunes, de la valorisation des symboles de la République, de la mise en oeuvre des cérémonies et commémorations dans une perspective plus large et festive et de la lutte contre le communautarisme et les discriminations.

D'autres propositions sont centrées sur l'immigration et l'islam, deux thèmes omniprésents dans les discussions. Elles concernent la création d'une «autorisation de séjour à points» rendant plus effectives les sanctions se rapportant au non respect des lois et des valeurs de la République.

«Un nouveau contrat avec la nation»

Pour les étrangers souhaitant la naturalisation, est suggérée l'idée d'un «nouveau contrat avec la nation» considérant comme un défaut d'assimilation «une pratique radicale de la religion». A contrario, les efforts exceptionnels d'intégration devraient être récompensés.

Après les élections régionales, Eric Besson souhaite faire un tour de France afin de «soumettre les propositions à la pédagogie et à la critique». Une manière aussi de démentir que son initiative n'était pas exempte de visées électoralistes, comme il en avait été accusé.