des migrants sous surveillance

Charlotte Mannevy

— 

Soixante-quinze CRS ont passé la nuit devant le local et bouclé le quartier.
Soixante-quinze CRS ont passé la nuit devant le local et bouclé le quartier. — P. HUGUEN / AFP

Un coup d'éclat qui s'est transformé en coup d'épée dans l'eau. Près de six mois après la fermeture de la « jungle » de Calais, où vivaient plus d'un millier de migrants en attente d'un hypothétique passage vers la Grande-Bretagne, l'association No Border a tenté ce week-end de rouvrir un hébergement dans un hangar de Calais. Samedi, quatre-vingt dix clandestins avaient réussi à pénétrer dans le bâtiment, loué par une autre association, SOS Soutien Ô sans-papiers. Cette dernière en avait confié la gestion aux militants de No Border.

Aussitôt, le quartier avait été bouclé par près de soixante-quinze CRS qui ont passé la nuit devant le local. Finalement, hier, la préfecture du Pas-de-Calais a ordonné l'évacuation du hangar, où ne restaient plus qu'une dizaine de personnes, principalement des membres de No Border. La majorité des migrants était sortie dans la matinée pour déjeuner dans un local tout proche, où avait lieu une distribution de nourriture. Douze membres de No Border ont été interpellés. Le hangar, où avait été entreposés bouteilles de gaz et lits de camp, « était destiné à devenir un nouveau Sangatte », a affirmé hier soir le ministre de l'Immigration, Eric Besson. Depuis la fermeture en 2002 du centre de Sangatte, le gouvernement ne veut plus laisser s'installer les migrants à Calais. « Nous sommes capables d'offrir des hébergements d'urgence, mais pas à proximité immédiate de Calais ou des gares, où nous faciliterions le travail des passeurs », a expliqué Eric Besson. « Il n'y a plus aucune structure pour venir en aide aux migrants. « L'Etat ne prend pas ses responsabilités », accuse pour sa part Jean-Claude Lenoir, vice-président de l'association Salam. On peut comprendre que le gouvernement ne veuille pas d'un nouveau Sangatte où s'entasseraient huit cents migrants. Mais, l'Etat ne fait rien. Et le centre ouvert dans le cadre du plan grand froid a fermé vendredi. » W