Grogne générale sur les rails

Bérengère Tessé

— 

Unis dans la protestation. Tous les syndicats représentatifs de la SNCF (CGT, Unsa, Sud-Rail et CFDT) ont lancé un appel unitaire à la grève, de ce soir 20 h à jeudi 8 h. Avec un taux de grévistes annoncé entre 30 et 40 %, le trafic sera perturbé dans toute la France, même si le service minimum exigé par la loi sera assuré. Deux tiers des Transilien et des TGV et la moitié des lignes Corail et TER circuleront, selon la SNCF. Les trains internationaux ne seront pas affectés par le mouvement. La SNCF invite ses clients à se renseigner sur les solutions proposées - comme les billets grandes lignes valables toute la journée - et précise que tous les trajets déjà réservés pourront être remboursés sans frais.

Au rang des revendications : les réductions d'effectifs. Alors que le budget 2010 de l'entreprise publique prévoit 1 404 suppressions de postes, les syndicats parlent d'un chiffre deux à trois fois supérieur. Pour Marc Boucher, secrétaire fédéral de l'Unsa la direction « fausse la donne en faisant une moyenne annuelle à partir des chiffres relevés chaque mois ». En prenant en compte les arrivées et les départs. Alain Prouvenq affirme que « c'est mathématique. Le 31 décembre 2010, il y aura 3 713 cheminots de moins que fin 2009. » Les cheminots protestent également contre le plan de redressement du fret, financé par les suppressions de postes. D'après le responsable CGT, le financement de ce projet proviendrait des suppressions de postes du secteur. « L'entreprise dégage du cash pour financer les transports à l'horizon 2020. C'est une vaste escroquerie intellectuelle », tonne-t-il. W