Aubry veut une France rose sans Frêche

— 

Entre elle et Georges, c'est vraiment « fini ». Martine Aubry a lancé officiellement hier la campagne des régionales du PS devant quelque 1 300 secrétaires de section. Mais dans les travées de la Mutualité à Paris, l'absence de responsables proches de Georges Frêche était flagrante.

Après avoir qualifié Laurent Fabius de « tronche pas catholique », le président de la région Languedoc-Roussillon a dénoncé la « machine de guerre » déployée contre lui par Martine Aubry. La première secrétaire du PS a, en effet, demandé à Hélène Mandroux, la maire de Montpellier, de mener une liste concurrente à celle de Georges Frêche lors des prochaines régionales.

Elle devrait être officiellement investie mardi soir. « Le seul risque qu'on prend dans sa vie, c'est quand on perd son âme, et je n'ai pas envie de la perdre », a justifié Martine Aubry, qui espère une France tout en « rose » le 21 mars. Même en Languedoc-Roussillon ? W

V. V.