Le débat sur l'identité nationale n'a pas convaincu les Français

POLITIQUE Sondage exclusif pour 20minutes.fr et France Info...

Vincent Vantighem

— 

P.FAYOLLE / SIPA
«Pas constructif» pour 63,1 % des Français. «Electoraliste» pour 53,4 %. «Utile» pour 38,5 % d’entre eux. Le débat sur l’identité nationale, qui s’est officiellement achevé hier, n’a pas convaincu les Français. C’est ce qui ressort du sondage Obea-InfraForces pour 20minutes.fr et France Info.
 
55 000 contributions
 
Interrogé par 20minutes.fr sur les résultats de cette enquête, Eric Besson «comprend» la réaction des Français. Mais il retient aussi «égoïstement» que deux tiers d’entre eux ne souhaitent pas la suppression du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale. Car, paradoxalement, les Français sont prolixes sur le sujet. En seulement trois mois, le site Internet dédié au débat a reçu plus de 600.000 visites et enregistré 55.000 contributions.
 
Histoire, droit de vote, drapeau
 
Idem dans le sondage Obea-InfraForces, les Français ont des choses à dire. Sur les composantes de l’identité nationale d’abord. Pour eux, c’est l’histoire de France (92 %), puis le droit de vote (91,3 %) et le drapeau tricolore (89,9 %) qui définissent le mieux la France. La Marseillaise n’est pas loin non plus (77,4 %). Sans surprise, les sondés sont d’ailleurs une grosse majorité (61,5 %) à penser qu’il faudrait l’enseigner à l’école. Malgré tout, les résultats montrent que «la notion d’identité nationale est encore floue dans les esprits», relève l’institut Obea-InfraForces.
 
En revanche, les sondés sont clairs sur la question de l’immigration. A 68,2 %, ils estiment qu’elle n’est pas une menace pour l’identité nationale aujourd’hui. C’est l’autre bonne nouvelle qu’Eric Besson a d’ailleurs retenue dans son analyse. Quant au débat, le ministre n’est pas d’accord avec les Français. «Il est utile», juge-t-il. La preuve? «Il va se poursuivre après les élections régionales.» 
Méthode
L’enquête d’Obea a été réalisée par téléphone auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 personnes constitué selon la méthode des quotas.