Dominique de Villepin relaxé par le tribunal

CLEARSTREAM «La preuve de son intervention n'a pas été établie», ont jugé les trois magistrats...

Vincent Vantighem

— 

Dominique de Villepin à la sortie du verdict Clearstream, le 28 janvier 2010.
Dominique de Villepin à la sortie du verdict Clearstream, le 28 janvier 2010. — Reuters
Si les yeux sont le miroir de l'âme, celle de Thierry Herzog était bien sombre, ce jeudi midi. L'oeil noir, l'avocat de Nicolas Sarkozy a quitté le palais de justice de Paris précipitamment. Sans même écouter la fin du jugement dans l'affaire Clearstream. Le président du tribunal venait de relaxer Dominique de Villepin, estimant que «la preuve certaine de son intervention [dans la manipulation des listings bancaires] n'a pas été établie».
 
>> Revivez l'énoncé du jugement du procès Clearstream, en direct

Quelques mensonges relevés

«Après plusieurs années d'épreuves, mon innocence a été reconnue, s'est réjoui l'ancien Premier ministre entouré de sa famille. Je salue le courage du tribunal qui a su faire triompher la justice et le droit sur la politique.» La politique, Nicolas Sarkozy était en plein dedans quand il a appris la nouvelle. En marge de sa conférence sur le déficit, il a fait parvenir un communiqué dans lequel il «prend acte» de la décision du tribunal tout en notant la «sévérité de certains attendus» concernant Dominique de Villepin.

Dans leur jugement, les trois magistrats ont en effet relevé plusieurs mensonges extraits du discours de l'ancien diplomate lors de l'audience. Sans pour autant établir un lien avec la manipulation qui tendait à faire croire que Nicolas Sarkozy possédait un compte occulte à l'étranger.
 
Sarkozy ne peut pas faire appel

«Je ne ferai pas appel», a d'ailleurs assuré le chef de l'Etat dans son communiqué. Ca tombe bien: pénalement, il n'en a pas le droit. Seuls le parquet et les condamnés peuvent réclamer un nouveau procès. C'est la voie qu'a tout de suite décidé d'emprunter Jean-Louis Gergorin. «Même si le parquet fait appel, je ne redoute plus rien, a réagi Olivier Metzner, l'avocat de Dominique de Villepin visiblement ému.

Le jugement qui a été rendu est extrêmement clair, extrêmement limpide. Une cour d'appel ne pourra faire que la même chose...» Euphoriques, les «supporteurs» de Villepin ne voulaient même pas y songer. «La seule question que je me pose, c'est de savoir si Sarkozy va apprécier le cadeau d'anniversaire que Dominique lui offre pour ses 55 ans?», répétait, hilare, l'une d'entre eux.

Cap sur 2012
«C'est vers l'avenir que je veux me tourner pour servir les Français et contribuer (...) au redressement de la France.» Sitôt sa relaxe prononcée, Dominique de Villepin s'est tourné vers l'élection présidentielle de 2012, pour laquelle il ne cache plus ses ambitions. «Son club compte déjà 7 à 8 000 membres, assure Brigitte Girardin, l'une de ses proches. Notre ambition, c'est d'atteindre les 100 000 membres à la fin 2010.» La semaine dernière, Villepin a même effectué un déplacement de campagne à Bondy.