Pour Villepin, le jour du jugement est arrivé

Vincent Vantighem

— 

« Il n'y a pas de ténèbres, mais seulement l'attente de l'étincelle. La joie est là, l'espoir d'une rémission. » Ainsi s'achève le dernier roman* de Dominique de Villepin. L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac saura, ce matin, si la réalité rejoint la fiction. Après trois mois de délibéré, le tribunal correctionnel de Paris va rendre son jugement dans l'affaire Clearstream.

Dix-huit mois de prison avec sursis et 45 000 euros d'amende ont été requis à son encontre pour « complicité de dénonciation calomnieuse ». Un délit extrêmement difficile à établir. Pour le juger coupable, les magistrats doivent ainsi être convaincus que Dominique de Villepin était au courant de la manipulation Clearstream. Qu'il savait que les listings bancaires étaient faux. Que le nom de Nicolas Sarkozy y avait été ajouté dans le seul but de faire croire qu'il détenait un compte occulte à l'étranger. Et in fine de ternir sa réputation à l'approche de l'élection présidentielle de 2007.

Les cinq semaines de procès n'ont pas été suffisantes à l'accusation pour le prouver sans conteste dans le prétoire. « Je sortirai blanchi par la volonté du peuple français », avait même déclamé Villepin dès le premier jour.

Si c'est le cas ce matin, l'ancien Premier ministre se muera en opposant principal à Nicolas Sarkozy. Il a d'ailleurs déjà du mal à se retenir. La semaine dernière, il a effectué un déplacement de campagne à Bondy (Seine-Saint-Denis), où il se présentait en « alternative », esquissait l'ébauche d'un programme et assurait que 7 000 à 8 000 Français avaient déjà adhéré à son club.

Et sinon ? S'il est condamné, Villepin se posera en victime d'un « procès politique », en victime de « l'acharnement d'un homme : Nicolas Sarkozy ». Il pourrait alors faire appel de la décision du tribunal correctionnel de Paris. Et offrir du même coup une prolongation à son duel contre le président de la République. A bien y repenser, la thèse de son livre n'est-elle pas de prétendre que les tragédies humaines se répètent éternellement ? W

* Le Dernier Témoin, de Dominique de Villepin (éd. Plon, 174 pages).