Le gouvernement va consacrer 1,25 milliard d'euros pour rénover les foyers mal isolés

EXCLUSIF Le gouvernement ouvre le robinet...

Vincent Vantighem

— 

Des travaux d'isolation sont organisés pour réduire les dépenses d'énergie.
Des travaux d'isolation sont organisés pour réduire les dépenses d'énergie. — © O. PERROT - SIPA

Plutôt que de payer les factures de chauffage, le gouvernement a décidé de financer les travaux d'isolation. Réunis au ministère de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, Valérie Létard et Benoist Apparu vont présenter ce matin un plan de lutte contre la précarité énergétique que 20 Minutes s'est procuré.

Les trois ministres prévoient ainsi de consacrer 1,25 milliard d'euros à la rénovation de 300.000 logements d'ici à 2017. Quelque 500 millions sont directement issus du grand emprunt. Le reste est financé par l'Agence nationale d'amélioration de l'habitat (Anah) et l'Ademe.

Tables rondes et porte-à-porte

Fenêtres mal isolées, chaudière en panne: les préfets sont chargés d'organiser, dès le mois de mai, des «tables rondes» afin d'identifier les ménages les plus touchés par le phénomène. Selon l'Anah, 300.000 personnes sollicitent chaque année le fonds de solidarité logement pour payer leurs factures d'électricité. «C'est un cataplasme sur une jambe de bois, détaille Philippe Pelletier, qui a présidé un groupe de travail ministériel sur le sujet. Cette fois-ci, on a décidé de réparer la jambe.»

Et les consultations se feront à domicile. Le gouvernement a en effet prévu d'envoyer avant l’été les professionnels effectuer du porte-à-porte dans les foyers. «A la première visite, on leur expliquera les gestes pour réduire leur facture, poursuit Philippe Pelletier. Et après, on fera tout pour les convaincre d'effectuer des travaux.»

Gagnant dès la première année


Principal argument: le coup de pouce financier. S'il accepte la proposition, le foyer touchera 1 500 euros d'aide de l'Etat. L'Anah paiera, elle, 25% du montant des travaux. Auxquels s'ajouteront des crédits d'impôts et des prêts à taux bonifiés. «Nous sollicitons aussi les collectivités locales pour qu'elles participent à hauteur de l'Etat», ajoute une source au ministère de l'Ecologie.

Au final, le foyer «n'aurait» qu'à rembourser 665 euros par an pendant cinq ans pour des travaux estimés à 10 000 euros. «Mais l'économie d'énergie lui rapporterait 750 euros par an», poursuit notre source. Il serait donc gagnant dès la première année!

Loi
Le gouvernement prévoit aussi d'inscrire la définition de la précarité énergétique dans la loi dite Grenelle II. 3,4 millions de ménages consacrent, à ce jour, plus de 10% de leurs revenus aux factures d'électricité.