Bayrou plus régionaliste que le roi

Vincent Vantighem

— 

Hierà Paris, François Bayrou a dénoncé « des abus qui ne sont pas acceptables ».
Hierà Paris, François Bayrou a dénoncé « des abus qui ne sont pas acceptables ». — B. HORVAT / AFP

C'est pas moi, c'est l'autre. François Bayrou a déploré, hier, que l'UMP transforme les futures élections régionales en un référendum pour ou contre la politique gouvernementale. « On n'a pas vraiment l'impression que l'UMP parle beaucoup des régions », nous a confié Marielle de Sarnez, numéro deux du MoDem, en marge d'un meeting lançant officiellement la campagne du parti centriste.

Puisque c'est comme ça, le scrutin de mars prochain sera « le moyen pour les Français d'adresser un message qui aura un sens national, a expliqué François Bayrou. Il y a des dérives, des abus, des dérapages qui sont des atteintes aux valeurs qui fondent notre République et qui ne sont pas acceptables. » Et le moyen le plus efficace de les sanctionner, c'est le « bulletin de vote ».

Le leader du MoDem n'oublie pas pour autant son échec aux européennes. Critiqué pour avoir centré le débat sur les enjeux nationaux, Bayrou a retenu la leçon. « Le MoDem est le parti le plus régionaliste de France », a-t-il lâché devant 2 000 militants. La preuve tient en une série de douze propositions concrètes. « Il faut renforcer le poids des régions. En faire des collectivités qui aident les gens dans leur vie quotidienne », a justifié Marielle de Sarnez. W