Dérapage verbal: Lefebvre enfonce Gaudin

POLEMIQUE Le porte-parole de l'UMP a tenté de défendre le maire de marseille...

P. V.

— 

Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, le 14 décembre 2009.
Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, le 14 décembre 2009. — DAMOURETTE/SIPA
Le maire de Marseille parle d’un «déferlement» de «musulmans» sans «drapeau français» sur la Canebière pour fêter la qualification de l’Algérie pour le Mondial de foot, et Frédéric Lefebvre n’y voit «aucune injure».

>> La vidéo est par ici

Toujours premier pour défendre les uns et les autres, le porte parole de l'UMP s'est indigné lors du point presse de son parti: «On lui fait un procès en sorcellerie absolument scandaleux. Je le dis d'autant plus que Jean-Claude Gaudin est l'homme qui a eu à affronter à de très nombreuses reprises le Front national».
 
«Des paroles d’évidences»
 
Frédéric Lefebvre a ensuite déploré: «A chaque fois qu'un homme ou une femme politique de la majorité présidentielle dit quelque chose dans le débat sur l'identité nationale, on essaie de déformer ses propos, de les caricaturer, de lui faire dire des paroles blessantes là où il dit des paroles d'évidence».
 
Alors qu’il voulait éteindre la polémique naissante, Frédéric Lefebvre a peut-être rallumé l’incendie en parlant de «paroles d’évidences». D’autant que lundi, au même moment, Jean-Claude Gaudin a préféré faire profil bas lors de ses voeux à la presse. «J'ai eu un mot malheureux, j'ai fait un lapsus, et au lieu de parler de communauté musulmane, de Français issus d'Algérie ou issus de la diversité de l'immigration, j'ai dit musulmans. Bon. Parce que j'allais vite, parce que derrière moi Besson devait parler», a expliqué le maire de Marseille. Le porte-parole de l’UMP aurait peut-être dû laisser le maire de Marseille se dépatouiller de cette nouvelle polémique tout seul.