Laurence Parisot réaffirme sa candidature pour la présidence du Medef

SYNDICAT Elle brigue un deuxième mandat...

Avec agence

— 

Le patronat, par l'intermédiaire de la présidente du Medef Laurence Parisot, a solennellement demandé à M. Morin "de renoncer immédiatement" à ses indemnités.
Le patronat, par l'intermédiaire de la présidente du Medef Laurence Parisot, a solennellement demandé à M. Morin "de renoncer immédiatement" à ses indemnités. — Mehdi Fedouach AFP

Remontée à bloc. La présidente du Medef Laurence Parisot s'est dite lundi «plus que jamais» décidée à se présenter à sa propre succession, alors que sa gestion à la tête du mouvement patronal a été récemment critiquée.

«Ma motivation est, je dirais, décuplée par ce qui s'est passé ces derniers jours», a-t-elle affirmé sur RTL.

«En aucun cas» affaiblie

Laurence Parisot, qui briguera un deuxième mandat en juin ou juillet prochain, a essuyé récemment coup sur coup deux camouflets: le départ du Medef du secteur agroalimentaire mi-décembre, suivi de la démission d'un directeur général de l'organisation patronale.

Pour autant, elle ne se sent «en aucun cas» affaiblie et a repoussé les attaques, jugeant que ce qui n'est «pas convenable dans certaines critiques, c'est qu'elles sont anonymes».

Elle s'est également élevée contre la remise en cause, fin décembre, de l'action du patronat pendant la crise économique, faite par Alain Minc, un des proches conseillers officieux du président de la République Nicolas Sarkozy.

Alain Minc avait alors salué l'action du syndicat CGT et jugé au contraire que «le patronat, en tant qu'acteur social, a été aux abonnés absents».

«On a envie de rigoler quand on entend ça», a répliqué la présidente du Medef.