Une base de données en ligne explore l'histoire de la biodiversité

— 

Une première mondiale. A l'occasion de l'Année internationale de la biodiversité, le Muséum national d'histoire naturelle vient de lancer un site Internet qui répertorie les espèces animales et végétales depuis le paléolithique moyen (- 300 000 ans) jusqu'aux temps modernes.

On peut ainsi suivre l'évolution d'une espèce, à l'échelle de la France ou d'un territoire (région, département, ville...), époque par époque. « D'autres pays, au courant de notre démarche, nous ont déjà approché », affirme Robert Barbault, directeur du département écologie du Muséum.

« La carte nous apprend, par exemple, que le lapin fut une espèce essentiellement méridionale jusqu'à l'Antiquité. Puis les seigneurs estiment qu'il s'agit d'un animal de prestige et commencent à se l'échanger, avec pour conséquence une prolifération sur toute la France », explique Cécile Callou, chef du projet I2AF. Un sigle qui correspond à l'Inventaire archéozoologique et archéobotanique de France, tous deux lancés en 2004. La base de données comprend à ce jour 4 000 sites archéologiques, représentant près de 35 000 contextes (fosses, puits...). Des chiffres en constante progression, puisque la base sera régulièrement enrichie par le résultat des fouilles archéologiques à venir.

Bientôt, le site proposera un croisement des données, pour superposer deux espèces sur une même carte. « Cela permettra par exemple de comparer la régression de l'auroch - jusqu'à sa disparition au Moyen Age -, avec l'apparition du boeuf. »

Le Muséum vise avec ce site un public scientifique, mais aussi un public plus généraliste, « que l'on sait de plus en plus curieux de la nature, et qui trouvera ici des informations n'existant nulle part ailleurs ». W

Mickaël Bosredon

http://inpn.mnhn.fr, onglet « recherche de données », sélection « histoire et archéologie ».