Le hard discount plus cher que les hypermarchés?

CONSOMMATION C'est en tout cas ce qu'a affirmé le président de l'association Familles rurales, lors d'une conférence de presse...

B.D. avec agence
— 
Un magasin hard discount, à Paris, en février 2008.
Un magasin hard discount, à Paris, en février 2008. — SIMON ISABELLE / SIPA

Hard discounters, mais pas sur tous les produits. Les produits premier prix sont plus chers dans les enseignes du hard discount que dans les hypermarchés et supermarchés, a affirmé ce mercredi le président de l'association Familles rurales, Thierry Damien. «Ce n'est pas chez eux que les consommateurs font les meilleures affaires», a-t-il estimé, qualifiant le hard discount de «miroir aux alouettes».

Selon l'association, un panier de produits premier prix comparables coûtait, en 2009, 4% moins cher dans un hypermarché qu'en «hard discount». En quatre ans, le prix des produits premier prix a bondi, toutes enseignes confondues, de 9,3% (malgré un recul de 0,5% en 2009), relève l'association, contre une hausse de 2% pour les grandes marques et de 0,8% pour les marques de distributeurs (MDD).

Hausse du prix des matières premières


«C'est finalement les familles les plus précaires qui sont pénalisées», a-t-il relevé, mettant en parallèle la hausse des produits premier prix et l'affluence constatée par des associations comme l'Armée du salut ou les Restos du coeur.

Comme les produits proposés par le hard discount contiennent moins de technologie et supposent de moindres dépenses en publicité, ils ont dû être proportionnellement «plus touchés que les autres par la hausse du prix des matières premières», analyse-t-il.
 
«Effet de mode»


Mais leur hausse s'expliquerait aussi par «un effet mode du hard discount» qui a vu sa fréquentation augmenter avec les familles de classes moyennes. Il n'y avait donc «pas de raison de ne pas élargir davantage leurs marges», ironise Thierry Damien.

En 2009, l'association a constaté en moyenne une hausse des prix de 1,1% d'après ses relevés effectués tous les deux mois en zone rurale et périurbaine dans 71 magasins (hypermarchés, supermarchés, hard discount, commerces de proximité) pour des produits «incontournables» de grande marque, de MDD et de premiers prix.

Ces relevés, effectués dans 31 départements, concernaient 34 produits alimentaires (eaux, desserts, surgelés, produits pour bébé, aliments pour animaux, jus de fruits, boissons chaudes...) et non alimentaires (lessives et produits d'entretien, hygiène corporelle).