Grippe A (H1N1): La vaccination chez les médecins libéraux, comment ça marche?

PRATIQUE Mieux vaut s'informer avant de se rendre chez son médecin...

Maud Noyon

— 

Réfutant l'idée que les virus puissent être "endormis" par le froid, le Directeur général de la Santé Didier Houssin a notamment souligné qu'il était encore temps de se faire vacciner contre la grippe. Un geste "très important" pour les personnes âgées et les personnels de santé.
Réfutant l'idée que les virus puissent être "endormis" par le froid, le Directeur général de la Santé Didier Houssin a notamment souligné qu'il était encore temps de se faire vacciner contre la grippe. Un geste "très important" pour les personnes âgées et les personnels de santé. — Alix Guigon AFP

Roselyne Bachelot a annoncé mardi, à la surprise générale, que les médecins libéraux allaient pouvoir vacciner contre la grippe A (H1N1), comme ces derniers le réclament de longue date. Pris de court, ceux-ci s’insurgent contre les conditions imposées par la ministre de la Santé. Mais ils assurent de leur motivation pour mener à bien la campagne de vaccination, qui pour l’instant, n’a pas mobilisé les foules malgré les annonces. 20minutes.fr fait le point.
 
Chez qui peut-on se faire vacciner?
Les généralistes et les pédiatres
peuvent théoriquement vacciner à partir de ce mardi. Petit souci logistique, ils doivent aller chercher les doses de vaccins dans les centres de vaccination. Un système jugé peu pratique, surtout pour les médecins isolés. «Il faut que je fasse 25km sur des routes enneigées pour aller chercher les doses dans le premier centre», a expliqué à 20minutes.fr le Dr Martial Olivier-Koehret, qui précise ne même pas savoir si des doses l’y attendent.
 
Selon la ministre de la santé, les centres de vaccination ont déjà reçu deux millions de vaccins unidoses, réservés aux généralistes, en plus des vaccins multidoses et donc que l’approvisionnement des cabinets peut se faire. Et dans un deuxième temps, les pharmacies devraient pouvoir directement délivrer des vaccins aux médecins.
 
A-t-on besoin de son bon de vaccination?
Normalement non.
«Que vous ayez, ou que vous n'ayez pas un bon de vaccination, vous pouvez vous faire vacciner», avait assuré la ministre de la Santé. Comme dans les centres de vaccination, les personnes sans bon pourraient s’en faire éditer un sur place dans un cabinet médical informatisé.
«On vaccinera sans bon», a également déclaré le Dr Michel Chassang, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), qui assure que les médecins ont l'habitude de garantir la traçabilité des autres vaccins.
 
Combien ça va coûter?
Trois options seraient possibles.
La vaccination pourra être réalisée au cours d'une consultation classique, soit 22 euros, remboursés dans les conditions habituelles par les caisses primaires d'assurance maladie et les mutuelles.
 
La vaccination pourrait également être faite lors d'une «séance de vaccination spécifique», soit une séance de vaccination commune, coûtant 6,60 euros, entièrement pris en charge par la Sécurité sociale. Une option cependant critiquée: certains généralistes estimant qu’une consultation, comme dans les centres, est indispensable avant l’injection, d’autres soulèvent des problèmes d’organisation pour les patients.
 
Dernière option, les généralistes pourront prescrire l'acte de vaccination chez un infirmier. Dans ce cas, il faudra additionner aux 22 euros de la consultation les honoraires de l’infirmier.
 
Pourra-t-on encore se faire vacciner dans les centres?
Pour l’instant, non.
Mais, «progressivement, les médecins libéraux seront seuls à la manœuvre», a expliqué la ministre de la Santé dans un entretien au Quotidien du médecin. Elle table sur une fermeture des centres en mars.