Grippe A (H1N1): Pour Nicolas Sarkozy, «le gouvernement n'en a pas trop fait»

PANDEMIE Le chef de l'Etat l'a affirmé lors de ses voeux aux professionnels de santé...

Avec agence

— 

Nicolas Sarkozy le 21 avril 2009
Nicolas Sarkozy le 21 avril 2009 — BEBERT BRUNO/SIPA
Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois justifié mardi la campagne controversée de vaccination contre la grippe H1N1 conduite par le gouvernement en estimant qu'il n'en avait «pas trop fait», en présentant à Perpignan ses voeux aux monde de la santé.

«Protéger la population»

«Le gouvernement n'en a pas trop fait. La campagne de vaccination se poursuit et il n'est pas trop tard pour se faire vacciner dans les centres, dans les grandes entreprises et les principales administrations, dans les hôpitaux ou auprès des médecins généralistes», a estimé le chef de l'Etat.
«J'ai vu que les commentateurs, comme certains responsables politiques, ont reproché au gouvernement la gestion de la grippe. Moi, je pense que le gouvernement a tenu le cap et fait ce qu'il fallait faire pour protéger la population (...) mon devoir de chef de l'Etat, c'est de protéger les Français», a insisté Nicolas Sarkozy.

Canicule et sang contaminé

«Que m'auriez-vous dit si nous avions manqué de vaccins? Qu'aurait-on dit de Roselyne Bachelot si telle ou telle personne était décédée si elle n'avait pu se faire vacciner à temps?», a-t-il demandé en rappelant les précédents de la canicule en 2003 et du scandale du sang contaminé dans les années 1980.
 
Le choix du gouvernement de faire vacciner les Français dans des centres ad-hoc qui ont été longtemps engorgés a fait l'objet de nombreuses critiques, notamment de la part des médecins libéraux qui viennent seulement d'être associés à l'opération.

>> Et vous, qu'en pensez-vous? Le gouvernement a-t-il pris ses responsabilités en anticipant sur une épidémie de grande ampleur ou a-t-il surestimé la situation? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous