Après la neige, l'heure des comptes

— 

Alors qu'une nouvelle vague de froid est prévue à partir d'aujourd'hui, les entreprises touchées par les intempéries commencent à faire leurs comptes. A l'image des Transports Cordier, basés à Dijon et dont près de 35 véhicules ont été bloqués préventivement pendant deux jours. Le chef de l'entreprise, qui estime avoir perdu près de 5 % de son chiffre d'affaires mensuel, dénonce « l'improvisation et la pagaille » qui ont régné ces derniers jours.

Le constat est identique chez les agriculteurs. Des producteurs de lait ont ainsi dû jeter leur lait non collecté, tandis que, dans l'Ouest et le Sud-Est, des hangars et des serres se sont effondrés sous le poids de la neige. L'ampleur des dégâts pour les professionnels reste difficile à évaluer. « Il faudra attendre et croiser les doigts pour que le gel s'arrête vite », a précisé André Bernard, président du syndicat FDSEA dans le Vaucluse. W

B. T.