Le marché de l'Etat avec les labos pour compenser les annulations de commandes

SANTE Le but est de ne pas payer de pénalités après les annulations de commandes de vaccins contre la grippe A (H1N1)...

Avec agence

— 

Des doses de vaccins contre la grippe A (H1N1).
Des doses de vaccins contre la grippe A (H1N1). — BRUNO/SIPA

L'Etat s'engagerait à acheter des vaccins aux laboratoires lors de futures épidémies en échange d'un renoncement à des compensations pour les annulations de commandes de vaccins contre la grippe A (H1N1), selon le Journal du dimanche (JDD) paru samedi. «Avec les laboratoires, un accord serait en passe d'être trouvé» qui convertirait la commmande initiale du gouvernement en «un droit de tirage futur auprès des trois laboratoires», selon le quotidien.

Des arrhes pour des futures livraisons

Interrogés par l'AFP, les services du ministère de la Santé n'étaient pas en mesure samedi matin de confirmer cette information. Aucune confirmation n'était non plus disponible dans l'immédiat auprès de Pasteur-Sanofi, GlaxoSmithKline (GSK) et Novartis. Selon le JDD, «l'Etat prendrait l'engagement de commander auprès de ces trois firmes ses prochains vaccins, en versant dès aujourd'hui des arrhes pour des livraisons futures».

Faire des économies

Le gouvernement français a annoncé lundi qu'il résiliait les commandes de 50 millions de doses vaccinales sur 94 millions. Seuls 5 millions de Français se sont fait vacciner alors que la maladie paraît moins dangereuse qu'initialement redouté, et bien que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) continue de recommander la vaccination. Selon la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, cette annulation permettra d'économiser plus de la moitié des 712 millions d'euros que l'Etat aurait payés pour sa commande initiale aux trois fabricants.

On se bouscule pour revendre

D'autres pays riches ont également résilié une partie de leur commande de vaccins et cherchent à revendre leurs stocks excédentaires à des pays en développement. Les autorités allemandes ont annoncé avoir obtenu de GSK la possibilité de résilier une partie non précisée des livraisons, et la Belgique cherche à faire de même.

Le gouvernement britannique, qui a pris livraison de 29 millions de doses commandées à GSK et à Baxter, cherche à se défaire de ses surplus face à la baisse du nombre de cas de grippe H1N1 au Royaume-Uni.