Les agences de La Poste du 93 dans le viseur des braqueurs à l'explosif

VIOLENCE En un an, seize attaques de ce type ont été commises en Seine-Saint-Denis. Environ un tiers concernaient des bureaux de poste...

Bérénice Dubuc

— 

Le distributeur automatique de billets (DAB) de la Poste d'Aubervillers a été attaqué à l'explosif vers 6h30, juste après avoir été  réapprovisionné, à Aubervilliers, le 24 novembre 2008.
Le distributeur automatique de billets (DAB) de la Poste d'Aubervillers a été attaqué à l'explosif vers 6h30, juste après avoir été  réapprovisionné, à Aubervilliers, le 24 novembre 2008. — VALINCO/SIPA

Trois en moins d’un mois. Mardi matin, une agence de la Poste en Seine-Saint-Denis a une nouvelle fois été victime d’une attaque à l'explosif. Après l’agence de Pierrefitte le 9 décembre dernier, celle de Bagnolet, lundi, le braquage de l’agence située rue Danielle-Casanova à Saint-Denis est venu gonfler les statistiques.

Cette fois-ci, les malfaiteurs ont fait exploser un coffre relais, qui sert aux convoyeurs pour le dépôt des fonds. L’explosion a eu lieu vers 10 heures, «alors que le bureau était ouvert, et que clients et agents étaient à l’intérieur», a indiqué La Poste à 20minutes.fr. Comme pour les autres affaires, la brigade de répression du banditisme (BRB) a été saisie.

Une même bande ou des «équipes interchangeables»


Depuis le mois de novembre 2008, seize braquage de ce type ont été commis en Seine-Saint-Denis, et si La Poste n’est pas le seul établissement bancaire visé, elle a été particulièrement touchée ces derniers temps. Peut-être parce que son réseau d’agences est plus important que celui de ses concurrents, suppose un porte-parole de l’entreprise.

Ces attaques, selon les sources policières, sont toutes «de nature identique dans leur mode opératoire», et constituent une «tendance nouvelle». Elles insistent sur «l'audace des auteurs» qui agissent «souvent en plein jour, augmentant ainsi les risques». Elles pensent aussi avoir affaire à la même bande n'excluant pas non plus des «équipes interchangeables».

Recrudescence?


Fin novembre, le chef de l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO), Philippe Veroni, avait indiqué que 55 attaques de DAB (distributeur automatique de billets) avaient été enregistrées entre le 1er janvier et le 30 septembre 2009. Le mode d’attaque le plus répandu restant la voiture bélier, à 77%. Mais depuis que des poteaux ont été installés devant les DAB pour empêcher ce type de braquage, il semble qu’il y ait une recrudescence des attaques à l'explosif.

Cependant, «on ne peut rien se permettre d’affirmer en l’absence de chiffres précis en la matière», rappelle Laurent Mucchielli, sociologue et directeur de recherches au CNRS. D’une part parce que les chiffres concernant les attaques d’établissements bancaires sur l’année écoulée ne sont pas encore parus, mais surtout parce qu’il «n’y a pas de catégorie spécifique pour les attaques à l’explosif» dans ces chiffres, explique Cyril Rizk, responsable des statistiques à l'Observatoire National de la Délinquance. Il concède toutefois qu’il y a eu plus de vols à main armée constatés contre des établissements financiers sur les 12 derniers mois en Seine-Saint-Denis que lors des 12 mois précédents.