Grippe A (H1N1): Pendant le déstockage, la vaccination continue

SANTE Le dispositif s'assouplit...

Julien Ménielle

— 

 Vaccination contre la grippe A (H1N1) au collègge La Pléiade, à Sevran (Seine-St-Denis), le 25 novembre 2009.
 Vaccination contre la grippe A (H1N1) au collègge La Pléiade, à Sevran (Seine-St-Denis), le 25 novembre 2009. — © M. DOVIC / 20 MINUTES

Roselyne Bachelot écoule le stock de vaccins, mais la campagne se poursuit. Depuis mi-décembre, toute la population peut se rendre dans les centres, l'envoi des bons s'étalant jusqu'à la fin du mois de janvier. Et pour ratisser plus large, le dispositif est même appelé à s'élargir.

Dans les collèges, les lycées et en entreprise

Dès ce mardi, une seconde vague de vaccination débute dans les collèges et les lycées. La première a rencontré un très faible succès avec moins de 9% des élèves vaccinés. Cette fois, le personnel des établissements pourra bénéficier des bons soins des médecins et infirmières scolaires.

Dans le même temps, les salariés peuvent depuis ce mardi bénéficier de l'injection au sein de leur entreprise. Celles qui le souhaitent pourront en effet procéder «de manière autonome» à la vaccination de leurs salariés, voire à celle de leur famille.

Les généralistes obtiennent gain de cause

Mais la vraie nouveauté, c'est qu'à partir de lundi, les généralistes seront autorisés à vacciner leurs patients en cabinet. Les médecins le réclamaient depuis le début de la campagne, ils n'avaient jusqu'ici obtenu que le droit de le faire à domicile, auprès des personnes isolées.

«Nous avons reçu 5 millions de vaccins unidoses depuis le début de l'année et nous avons un vrai stock de vaccins», a justifié Roselyne Bachelot pour expliquer cette autorisation tardive. Selon la ministre, seuls des conditionnements multidoses étaient disponibles jusqu'à présent.

Avant la fin de l'hiver, il devrait aussi être possible de se faire vacciner à l'hôpital. En décembre, Brice Hortefeux avait annoncé, sans communiquer de date, «une ouverture progressive» de la vaccination dans ces établissements. A condition qu'il reste des vaccins.