Déraillement du RER C: L'automobiliste à l'origine de l'accident n'était pas clean

TRANSPORTS Les tests toxicologiques ont livré leur verdict...

Avec agence

— 

Le RER C immobilisé à Choisy-le-Roy après la chute sur la voie d'un bloc de béton, lundi 21 décembre 2009.
Le RER C immobilisé à Choisy-le-Roy après la chute sur la voie d'un bloc de béton, lundi 21 décembre 2009. — AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA
L'automobiliste soupçonné d'avoir provoqué le déraillement d'une rame du RER C qui a fait 36 blessés légers dimanche à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) a été contrôlé positif au cannabis et la cocaïne, a annoncé ce mardi une source judiciaire.

«La concentration de cannabis était faible, mais elle était beaucoup plus forte au niveau de la cocaïne, ce qui laisse supposer qu'il en avait consommé peu de temps auparavant», a-t-elle poursuivi.

L'automobiliste déjà connu des services de police

Selon la police, l'automobiliste avait par ailleurs un taux d'alcoolémie de 1.18 gramme d'alcool dans le sang, soit 0.59 mg d'alcool par litre d'air expiré, lorsqu'il a été interpellé, deux heures après les faits. Le code de la route interdit de conduire avec plus de 0.5 gramme d'alcool par litre de sang, soit 0.25 mg d'alcool par litre d'air expiré.

Déjà connu des services de police, l'automobiliste est accusé d'avoir perdu le contrôle de son véhicule dimanche soir à Choisy-le-Roi, sur un pont situé au-dessus des voies empruntées par le RER C, provoquant le déraillement du Transilien.