Clash avec Valérie Pécresse: Anne Hidalgo ne regrette rien

POLITIQUE Suite à une photo diffusée via Twitter...

Maud Noyon et Julien Ménielle

— 

Anne Hidalgo, première adjointe PS au maire de Paris Bertrand Delanoë estime que pour les élections municipales de 2008 à Paris "l'objectif, c'est la parité".
Anne Hidalgo, première adjointe PS au maire de Paris Bertrand Delanoë estime que pour les élections municipales de 2008 à Paris "l'objectif, c'est la parité". — Joel Saget AFP/archives

Une photo postée sur Twitter qui passe mal. Vendredi, Anne Hidalgo, adjointe au maire de Paris (PS), a immortalisé la ministre Valérie Pécresse (UMP) en train de piquer un somme en plein Conseil régional. Assortie d’un commentaire moqueur «V. Pécresse très très fatiguée pdt le vote du budget à la région... Je lui souhaite de bonnes vacances à l'Ile Maurice».

La photo a vite fait le tour du réseau social aux 50 millions d’inscrits (dont moins d’un million en France). Depuis, les deux femmes politiques se répondent, toujours via Twitter, sur fond de campagne électorale pour les régionales de mars prochain.
 
«Madame Hidalgo ne recule devant rien, même pas devant les images truquées!», clame la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche. «La photo n'est pas truquée, c’est même R. Karoutchi qui l'a réveillée. Mais il n'y a pas de mal à être fatiguée de tps en tps», répond texto l’adjointe au maire de Paris. «Le problème, c'est que Madame Anne Hidalgo s'est endormie sur ses idées...», tacle en retour la candidate aux régionales en Ile-de-France.

«Même une image anecdotique peut dire beaucoup de choses»

Mardi, alors que la polémique enfle, Anne Hidalgo dit ne rien regretter. «Oui, c’est une attaque, mais je fais de la politique. Tout le monde a le droit d’être fatigué, mais ça a surpris une grande partie de l’assemblée qu’elle dorme. D’autant que c’était pendant le vote du budget, sur lequel Mme Pécresse avait fait la veille des déclarations violentes», a expliqué l’adjointe PS, interrogée par 20minutes.fr.
 
«Même une image anecdotique peut dire beaucoup de choses. Quand on est ministre, c’est peut être compliqué de faire campagne en même temps», lâche-t-elle pour mieux enfoncer sa rivale.
 
«Un peu d’humour»

Contactée à plusieurs reprises par 20minutes.fr, Valérie Pécresse n’a pas voulu répondre à nos sollicitations. Son porte-parole au ministère de l’Enseignement supérieur a affirmé que «Valérie Pécresse a déjà répondu» et qu’«on ne souhaite pas placer la campagne sur ce terrain, nous préférons le débat d’idées». En bref, «la politique n'en sort pas grandie».
 
Sur ce point, l’adjointe au maire de Paris rétorque qu’on peut faire du fond sans «toujours prendre les choses sérieusement». Pour elle, les nouveaux médias, dont Anne Hidalgo, avec un site perso et deux comptes Facebook et un compte Twitter, se dit friande, «demandent juste un peu d’humour»