Les policiers municipaux lancent une grève des PV

SOCIAL Ils dénoncent une différence de salaire par rapport à leurs collègues nationaux...

J. M. avec agence

— 

Le chef de la police municipale de Chambourcy, une bourgade résidentielle des Yvelines, a été retrouvé mort à son domicile mercredi le corps lardé de coups de couteaux, un meurtre mystérieux sans explications pour l'instant qui a stupéfié population et élus.
Le chef de la police municipale de Chambourcy, une bourgade résidentielle des Yvelines, a été retrouvé mort à son domicile mercredi le corps lardé de coups de couteaux, un meurtre mystérieux sans explications pour l'instant qui a stupéfié population et élus. — Gérard Julien AFP/Archives

Voilà une grève qui ne va pas faire râler tout le monde. Le Syndicat national des policiers municipaux (Snpm, majoritaire) a appelé ce mercredi à lancer une «opération "Noël sans timbre-amende"» à effet immédiat. En clair, il s'agit de «stopper la verbalisation des infractions par timbre-amende» via une grève nationale illimitée, pour manifester leur «ras-le-bol» face à l'absence d'avancées sociales.
 
Le ministère «devra revoir sérieusement sa copie»
 
«Depuis des mois et des mois, le ministère de l'Intérieur (...) refuse l'ouverture de réelles négociations» en vue notamment d'une «revalorisation sérieuse de toutes les grilles à l'égal de celles de la police nationale», explique le Snpm dans un communiqué.
 
Selon son vice-président Frédéric Foncel, «il y a une différence de salaire entre 400 et 600 euros par rapport à un fonctionnaire de la police nationale pour un travail équivalent». Le syndicat prévient que le ministère «devra revoir sérieusement sa copie pour apaiser les tensions».