Pierre Henry: «La France va le payer cher sur le plan diplomatique»

INTERVIEW Le directeur général de l'ONG «France Terre d'Asile» réagit vivement à l'expulsion de neuf Afghans de France mardi soir...

Propos recueillis par Corentin Chauvel

— 

Comment jugez-vous cette nouvelle expulsion de réfugiés afghans?

C'est un signe diplomatique très clair, qui place le gouvernement afghan dans l'embarras. La situation s'est dégradée en Afghanistan depuis plusieurs années et renvoyer là-bas des réfugiés ne fera que donner des arguments en plus aux Talibans, en plus de ternir un peu plus notre image.

Pourquoi la France peut craindre pour son image?

Parce qu'il y a une tradition d'accueil dans notre pays. Ce genre d'évènements ne peut que faire décliner notre identité et nous allons le payer très cher sur le plan diplomatique. C'est une véritable stratégie de rupture avec notre histoire.

La France ne peut pas se permettre de lutter de cette façon contre l'immigration clandestine?


Non, nous sommes devant une chaîne de lâcheté, avec une mise en scène de l'information ou plutôt de la non-information des plus malsaines. Le gouvernement cherche avant tout à banaliser ce genre d'expulsion afin que les médias finissent par ne plus en parler.

Quelle solution proposez-vous pour un meilleur accueil des réfugiés?


Le problème se situe à l'échelle européenne. Il existe une directive de protection temporaire des réfugiés datant de 2001. Mais celle-ci implique un afflux massif de migrants (ndr: sans précisions de chiffre) pour être appliquée et l'Union Européenne et celle-ci juge que ce n'est pas le cas en ce qui concerne les Afghans. Nous allons donc continuer à travailler avec les parlementaires européens et nationaux, prendre des initiatives et expliquer à l'opinion publique le fond du problème.