Interdiction des drapeaux étrangers: des députés déposent une proposition de loi

DEMOCRATIE Ils évoquent le non-respect des valeurs de la République...

Maud Descamps

— 

Un maire célèbre un mariage dans sa mairie.
Un maire célèbre un mariage dans sa mairie. — FOURMY MARIO/SIPA

Cachez-moi ce drapeau que je ne saurais voir. Alors que le maire d'Orange les a interdits par arrêté, des députés ont eu la même idée. Ils sont une centaine d'élus UMP à avoir signé une proposition de loi interdisant les drapeaux étrangers lors des cérémonies de mariage. Sur initiative du député de l'Hérault, Elie Aboud, le texte a été déposé début novembre. Il entend donner aux maires la possibilité d'«interdire aux participants d'arborer des drapeaux ou signes d'appartenance nationale autres que ceux de la République française».
 
Le «non-respect de l'identité française».
 
«La France traverse une crise d’identité», explique le député dans les motifs de sa proposition de loi, évoquant ensuite «les sifflements répétés du Stade de France ainsi que diverses manifestations de non-respect de l’identité française (comme l’affichage de drapeaux étrangers au cours de cérémonie de mariage en Mairie)».
 
«Si l’on n’y prend garde, ces comportements irresponsables contre les symboles de notre République peuvent entraîner des phénomènes de rejet de la part de nos concitoyens», poursuit Elie Aboud. «À l’heure de ce grand rendez-vous (le mariage, ndlr), il faut choisir: ou bien on décide de s’unir à l’être aimé lors d’un mariage, uniquement drapé aux couleurs de la République (et l’on en épouse alors tous les principes) ou bien l’on y renonce, en toute liberté», note le député dans sa proposition de loi.
 
Des perturbations…dans le sud de la France

Elie Aboud, évoque des perturbations «de plus en plus fréquentes» lors de mariages, en particulier dans le sud de la France. «Les invités arrivent dans ces cabriolets ou des voitures que je ne pourrais pas me payer. Ils ne respectent pas le code de la route, roulent avec de la musique orientale à fond, les drapeaux algériens ou marocains agités à l'extérieur. Ils font des allers-retours dans tous les sens à toute allure. Et à l'intérieur de la mairie, il y a des cris et des drapeaux», explique-t-il  sans nuance au monde.fr.

>> En raison des débordements sur les articles traitant de ce thème, la rédaction de 20minutes.fr a pris la décision de fermer cet article aux commentaires. Vous pouvez néanmoins nous donner votre avis en nous écrivant à 33320@20minutes.fr