Le projet de loi sur le Grand Paris adopté à l'Assemblée

POLITIQUE Les députés ont voté pour, ce mardi, à 299 voix contre 216...

B.D. avec agence

— 

Les projets pour le Grand Paris.
Les projets pour le Grand Paris. — IDE

Le Paris, «ville-monde» de «l'après-Kyoto», voulu par Nicolas Sarkozy, c’est presque fait. Porté par le secrétaire d'Etat au Développement de la région capitale, Christian Blanc, le projet de loi sur le Grand Paris a été adopté ce mardi à l’Assemblée Nationale.

Ce texte vise à piloter le projet en créant notamment la «Société du Grand Paris». Cet établissement public aura pour missions principales d'assurer la maîtrise d'ouvrage du réseau d'infrastructures, la conduite d'opérations d'aménagement ou de construction et l'assistance du représentant de l'Etat dans la région.

35 milliards d’euros, simplement pour les transports

Principal axe du Grand Paris, la rénovation et le prolongement du réseau de transports en Ile-de-France, pour un coût qui avoisinera les 35 milliards d'euros, selon le gouvernement. L'article 2 du projet de loi est ainsi consacré au «métro automatique de grande capacité en rocade», estimé à lui seul à 21 milliards d'euros. Ce «métro du XXIe siècle», sans chauffeur, reliera sur 130km différents pôles extra-muros. Il pourra transporter 40.000 personnes en heure de pointe à une vitesse de 60 à 80km/h et fonctionnera 24 heures sur 24.

Le Parti socialiste a dénoncé à plusieurs reprises un projet «technocratique et autoritaire» risquant de «créer de nouvelles inégalités» et d'«aggraver les ségrégations urbaines». Ce projet de loi est «médiocre et inadapté», a estimé le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë dans un communiqué. «Le véritable dessein du gouvernement, à travers cette loi, est manifestement de 'reprendre la main' sur la métropole francilienne, sans aucun engagement financier de l'Etat», déplore-t-il.

Le projet de loi doit désormais être examiné par le Sénat au début de l'année 2010.