L'interdiction des minarets fait parler

— 

Ratifiée dimanche lors d'un référendum par 57,5 % des Suisses, l'interdiction de construire des minarets ravive un malaise au sein de la classe politique française, sur fond de résurgence de l'extrême droite aux régionales. Le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, a expliqué qu'il fallait « bien évidemment des lieux de culte » pour l'islam.

De son côté, l'opposition s'est saisi du vote helvétique pour revenir à la charge contre la « droitisation » du discours présidentiel, à l'approche des régionales. Benoît Hamon (PS) a accusé Nicolas Sarkozy d'introduire le même type de questions en France, estimant que le débat sur l'identité contribuait à faire de « de l'immigré un bouc-émissaire ».

Seul le FN a salué sans réserve la ratification, qualifiée de leçon pour les « élites ». Marine Le Pen a réclamé l'organisation d'un « référendum sur le communautarisme » en France, prônant un « vote plus large » car « le problème est plus profond et plus grave que celui du simple minaret ». W

Lire aussi p.14