Grippe A (H1N1): les généralistes insistent pour pouvoir vacciner

SANTE Ils réitèrent leur demande auprès des autorités sanitaires...

C. F. avec agence

— 

 Vaccination contre la grippe A (H1N1) au collègge La Pléiade, à Sevran (Seine-St-Denis), le 25 novembre 2009.
 Vaccination contre la grippe A (H1N1) au collègge La Pléiade, à Sevran (Seine-St-Denis), le 25 novembre 2009. — © M. DOVIC / 20 MINUTES

Alors que les médecins de l’armée ont été appelés en renfort pour faire face à l’affluence dans les centres de vaccination contre la grippe A (H1N1), les médecins généralistes réitèrent leur demande de pouvoir participer au dispositif.

Et ce n'est pas «une affaire d'argent», a affirmé dimanche Michel Chassang, président du principal syndicat de médecins libéraux (CSMF).

Il répondait à François Chérèque. Interrogé lors du Grand Rendez-vous Europe1/Le parisien-Aujourd'hui en France, le représentant de la CFDT s'est déclaré opposé à cette perspective, dénonçant «une question de coût», et ajoutant: «il y a toujours une question de pognon derrière ça».


>> Retrouvez tous nos articles sur la grippe A (H1N1) en cliquant ici

Le syndicat de médecins généralistes MG France a ainsi réclamé ce dimanche que ceux-ci puissent vacciner dans leurs cabinets, grâce aux vaccins en monodose, qui, selon lui, sont arrivés «il y a quelques jours» à l'organisme chargé de gérer les stocks de médicaments.

«La livraison des vaccins conditionnés sous forme monodose facilite l’organisation de cette vaccination chez les médecins généralistes qui le souhaitent», ajoute dans un communiqué le syndicat, qui «demande aux autorités compétentes d’organiser rapidement une réunion de travail», pour «définir les modalités d’organisation de la vaccination dans les cabinets de médecine générale».

«Personnes isolées»

Ces monodoses permettraient aux médecins généralistes qui le souhaitent, «de vacciner dans leurs cabinets, en complément du travail effectué en centre de vaccination dédié, les patients qui en ont le plus besoin aujourd’hui», notamment «leurs patients les plus à risques et les personnes isolées (plus d’un million) qu’ils sont souvent les seuls à voir et qui ne peuvent se déplacer», explique MG France.