Une grande cause nationale, c'est quoi et à quoi ça sert?

DECRYPTAGE 20minutes.fr fait le point sur le dispositif...

Julien Ménielle
— 
François Fillon prononce un discours sur les violences faites aux femmes, grande cause nationale 2010, le 25 novembre 2009, à Paris.
François Fillon prononce un discours sur les violences faites aux femmes, grande cause nationale 2010, le 25 novembre 2009, à Paris. — CHAMUSSY/SIPA

La violence faite aux femmes sera la grande cause nationale 2010. François Fillon l'a officialisé ce mercredi, en marge d'une série d'annonces sur le sujet.
 
Une grande cause nationale, c'est quoi?
C'est un label décerné par le Premier ministre à des organismes à but non lucratif. L’objectif est de les aider à lancer une campagne faisant appel à la générosité publique. Autres exemples de grandes causes nationales: la maladie d’Alzheimer, le Sida, la sécurité routière, le don d'organes, de sang et de plaquettes, etc.
 
Comment ce label est-il attribué?
Après un appel d'offre, sur un thème proposé par Matignon. En pratique, le Premier ministre choisit une cause, et les associations concernées envoient leur candidature à la direction du développement des médias, une antenne des services du Premier ministre. Après concertation d'une commission interministérielle, une campagne est retenue et reçoit le label. Les associations peuvent se regrouper en collectif si elles le souhaitent.
 
A quoi sert ce label?
A favoriser la diffusion du message. La campagne retenue se voit offrir la diffusion gratuite de douze de ses spots sur les télévisions et radios publiques. Vu le prix que coûte une minute de publicité sur les chaînes, c’est un label qui vaut de l’argent. Le dispositif a été mis en place pour «limiter le nombre des campagnes afin de ne pas lasser le public et à sensibiliser l'opinion aux objectifs des oeuvres considérées».
 
Est-ce que ça marche?
Plus ou moins. Le temps d'antenne est gratuit, mais «trouver le financement pour mettre en place la campagne est très difficile», explique à 20minutes.fr Marie-Claire Paulet, présidente de la fédération des associations pour le don d'organes et de tissus humains, grande cause nationale 2009. Selon elle, si les retombées «sont difficiles à chiffrer mais semblent positives», le principal bénéfice de l'opération reste les liens qui «se sont resserrés entre les différentes associations du collectif».