Jouets toxiques: que risque-t-on?

CONSOMMATION Une enquête de «60 Millions de consommateurs» pointe la présence de produits toxiques...

Emile Josselin

— 

 Un enfant dans un rayon de jouets.
 Un enfant dans un rayon de jouets. — G. BAPTISTE / AFP
Y a-t-il eu des précédents?
Oui. Le plus célèbre remonte à 2007. Le fabricant américain de jouets Mattel a dû rappeller des produits plusieurs fois. D'abord une liste de 80 jouets, dont par exemple des modèles de Dora l'exporatrice, puis des modèles issus des séries Cars, Batman et Polly Pocket. Au total, environ 19 millions de jouets étaient concernés.
 
Quel est l'état de la législation?
Elle est en évolution. A la suite au scandale Mattel, les dispositions législatives européennes ont été renforcées, avec notamment la directive Reach sur les composants toxiques. Une nouvelle directive a été adoptée cet été, mais, rapporte 60 millions de consommateurs, les Etats peuvent continuer à se référer à une directive de... 1988.
 
Est-ce dangereux?
On ne peut l'affirmer avec certitude dans tous les cas. Par exemple, la présence de certains métaux lourds ne veut pas forcément dire qu'ils sont toxiques: on ne sait pas si certains peuvent migrer ou pas dans l'organisme.
 
Quels sont les jouets concernés?
Un peu de tout. 60 Millions de consommateurs a testé 66 jouets, ce qui n'épuise pas les possibilités. Parmi les jouets en plastique, le personnage gonflable Tweety de Tap.Ball, ou bien la balle Barbapapa, les figurines de dinosaures Papo et de Marsupilami de la marque Plastoy contiennent des produits toxiques susceptibles de perturber la reproduction. Un modèle, la valve de la bouée Barbie de la marque Halsall en contient plus de 26%, alors que la norme est de... 0,1%. Côté poupées, un modèle Dora l'exploratrice en contient aussi, mais «à des taux toutefois inférieurs aux seuils fixés par la réglementation». Elle contient également des colorants azoïques, suceptibes de libérer des substances cancérogènes. Concernant les maquillages, quatre d'entre eux contiennent des métaux lourds.
 
Les jouets en bois, la panacée?
Pas vraiment. Selon 60 Millions de consommateurs, nombreux sont ceux à contenir des métaux lourds et/ou du fomalhydéhyde: treize jouets sur les quinze testés. Sept d'entre eux en contiennent à des doses qui ne devraient pas se trouver sur des enfants de moins de trois ans.
 
Comment se repérer?
Regarder les labels. Un certain nombre de labels indépendants permettent de se faire une idée: Confiance textile, NF environnement, Oko-test, GS, Spiel gut, FSC, ou bien Der blaue engel. Au niveau européen, le système Rapex publie des alertes sur les jouets qui ont été rappelés.Pour le reste, les parents doivent vérifier que les jouets ne possèdent pas de composants susceptibles de se détacher et d'être avalés. Et également laver les peluches avant de les offrir.
 
Quels sont les produits concernés?
Il y en a plusieurs. L'enquête de 60 Millions de consommateurs a effectué des recherches sur un certain nombre de produits. Parmi eux, certains peuvent perturber la reproduction. Il y a également le formalhydéhyde classé cancérogène. Le journal a également recherché des métaux comme l'arsenic, le plomb, le mercure, entre autres, susceptibles de passer dans l'organisme. Certains colorants, en se dégradant, peuvent également libérer des substances cancérogènes. Quant à certains conservateurs, il sont susceptibles de provoquer des allergies.