Disparition du petit Mouradi à Saint-Etienne: «Drame familial ou règlement de comptes»?

ENQUETE L'enfant a disparu depuis le 5 novembre, sa mère avait été retrouvée morte le 13 novembre...

C. F. avec agence

— 

 Le petit Mouradi, disparu depuis le 5 novembre à Saint-Etienne.
 Le petit Mouradi, disparu depuis le 5 novembre à Saint-Etienne. — AFP

Le parquet de Saint-Etienne a annoncé lundi l'ouverture de deux informations judiciaires pour «assassinat» et «séquestration» après la disparition de Mouradi, 5 ans, le 5 novembre, et l'assassinat de sa mère, établi par la suite.

L'information pour assassinat a été ouverte le 17 novembre après la découverte, le 13 novembre, du corps d'une femme de 25 ans, «tuée d’un coup de couteau porté à la gorge», dans une forêt du massif du Pilat (Loire), a déclaré le procureur de la République Jacques Pin, lors d’une conférence de presse.

L'enquête a pu établir qu'il s'agissait d'une femme de nationalité géorgienne, Inga Watcharia, mère du petit Mouradi. L'information pour séquestration est liée à la disparition du garçon qui était scolarisé dans une école maternelle de Saint-Etienne, et qui n'est par revenu à l'école depuis la rentrée des vacances de Toussaint.

«Une exécution»?

La mort de Inga Watcharia «ressemble à une exécution», a estimé le procureur, qui a également indiqué qu'il privilégiait deux pistes, le «drame familial» et le «règlement de comptes» lié à une filière clandestine.

Le mari de la victime, Alouda Gasviani, 32 ans, recherché par les enquêteurs, séjournait depuis 2007 en France avec un statut de demandeur d'asile politique. Il avait été rejoint l'année suivante par sa femme et leur fils à Saint-Etienne, où ils étaient installés dans un appartement grâce au soutien d'associations caritatives. Aucun des trois membres de cette famille n'avait plus donné signe de vie depuis le 7 novembre.