Une fusillade déjouée dans un collège de Beauvais

FAITS-DIVERS Un adolescent de 13 ans avait prévu de tuer ses professeurs à coup de fusil, ses parents ont donné l'alerte avant qu'il ne puisse passer à l'acte...

B.D. avec agence

— 

Des collégiens dans une salle de classe.
Des collégiens dans une salle de classe. — LE MOINE MICHEL/SIPA

Il comptait tuer ses professeurs avec un fusil de chasse dans son collège de Beauvais (Oise), ses parents et les gendarmes l’en ont empêché. Mardi, cet adolescent de 13 ans, et en classe de 4e à l'institution du Saint-Esprit de Beauvais, a quitté son domicile des environs de Beauvais vers 7h, muni d'un fusil de chasse chargé et de 25 cartouches, pour prendre le chemin de son établissement.

L'alerte a été donnée à 8h15 par ses parents qui, préoccupés par son comportement inhabituel, ont «fouillé» leur maison après son départ et constaté la disparition du fusil et des munitions. «Ses parents se sont inquiétés de le voir partir très tôt, vers 7h. Il n'avait pas l'air d'être dans son état normal», a confié une source proche de l'enquête.

Dissuasion policière


Des recherches ont été immédiatement engagées et des dizaines de policiers et gendarmes ont convergé vers l'établissement pour le sécuriser. Il semble que la présence d'importantes forces de police dans l'établissement ont dissuadé le jeune garçon de passer à l’acte. Selon ses propres déclarations, arrivé devant son lycée, il a renoncé, abandonné son arme dans un champ et s'est dirigé vers le centre de Beauvais où il a été retrouvé, dans un cybercafé, en fin de matinée.

Placé en garde à vue au commissariat de Beauvais pour tentative d'assassinat, il a reconnu ses intentions homicides au cours de son audition, a indiqué le procureur de la République de Beauvais, James Juan, dans un communiqué. Il voulait «s'en prendre à ses professeurs qui le disputaient alors qu'il ne faisait rien (de mal)», a-t-il ajouté.

Il avait annoncé ses intentions dans un blog

Comme certains auteurs de tueries commises dans plusieurs établissements scolaires aux Etats-Unis et en Europe, le jeune élève avait dévoilé une partie de ses intentions sur Internet. «C'est ma dernière journée de vie», avait-il ainsi prévenu samedi soir sur son blog musical.

Bon élève, le collégien connaissait depuis quelques temps des difficultés d'ordre scolaire, selon une source proche de l’enquête, et redoutait une réunion parents-professeurs qui devait se tenir ce mardi dans cet établissement connu pour ses fortes exigences de réussite. «Il voulait faire en sorte que la réunion ne se tienne pas», a expliqué le parquet de Beauvais.

«A aucun moment il n'a pénétré dans l'établissement»

Le directeur de l'école, Dominique Moutin, a de son côté assuré que «rien ne laissait supposer» ces événements dans son comportement. Il a précisé avoir été avisé par les gendarmes peu avant 9h de garder les élèves confinés dans leur classe avant l'arrivée des forces de l'ordre. «A aucun moment il n'a pénétré dans l'établissement, à aucun moment il n'y a eu un danger» pour les élèves.

Il y a un an et demi, en avril 2008, un adolescent de 15 ans avait déjà projeté d'organiser une tuerie dans son collège de Meyzieu dans le Rhône et avait ciblé 7 à 8 garçons dont il était le souffre-douleur. Il avait poignardé, avec un couteau de cuisine trois collégiens, dont l'un avait été grièvement touché.