Les raisons de la reddition de Tony Musulin restent un «mystère»

JUSTICE Le convoyeur de fonds disparu à Lyon avec un butin de 9 millions d'euros s'est constitué prisonnier lundi midi aux autorités monégasques...

B.D.
— 
Toni Musulin, le convoyeur qui a reconnu avoir détourné 11,6 millions d'euros, le 5 novembre 2009.
Toni Musulin, le convoyeur qui a reconnu avoir détourné 11,6 millions d'euros, le 5 novembre 2009. — AFP PHOTO POLICE JUDICIAIRE

«Qu'il soit venu à Monaco, cela reste un mystère et il n'a pas eu la gentillesse de nous l'expliquer.» Ce lundi après-midi, le directeur de la Sûreté de Monaco (le chef de la police), André Muhlberger, ne comprenait toujours pas pourquoi Tony Musulin, le convoyeur de fonds accusé d'avoir volé 11 millions d'euros à Lyon, s'était rendu sur le Rocher. Il a cependant indiqué qu'en voyant , il avait eu «le sentiment de quelqu'un qui voulait régler ses problèmes».

Il a raconté que vers 12h45, un homme seul, visiblement fatigué, avec une barbe de dix jours, a fait irruption au siège de la Sûreté monégasque. Il a déclaré aux policiers qu'il était recherché par les services de police et qu'il était là pour se rendre.

«Il avait l'air assez bizarre quand il s'est rendu. On ne comprend toujours pas ses motivations. On ne sait même pas s'il a bien compris qu'il se trouvait à Monaco. Il est actuellement interrogé,» a précisé une source proche de l'enquête. «Il ne savait peut-être pas qu'il était dans un Etat souverain et indépendant de la France», a estimé André Muhlberger. Tony Musulin était arrivé à Monaco avec une moto de location.

Remis à la PJ de Nice

Le gouvernement monégasque, une fois accomplies les vérifications d'usage, a décidé, sans perdre de temps, de le remettre à la police judiciaire de Nice qui l'a réceptionné dans l'après-midi au «Jardin exotique», situé à la frontière de l'Etat de Monaco et de la France. La police française devait lui notifier son mandat d'arrêt et le transférer à Lyon où il fait l'objet d'une mise en examen.

Les enquêteurs français envisageaient, parmi d'autres pistes, «une fuite dans certains pays de l'Est, compte tenu des origines serbo-croates» du convoyeur. Interpol avait adressé à la demande de la France une «notice bleue» à ses 185 pays membres, les invitant à transmettre des informations sur l'identité et les activités de Tony Musulin. Cependant, Interpol ne semble pas avoir émis un mandat d'arrêt en bonne et due forme puisque la police monégasque, faute de cet avis, n'a pas été en mesure de l'arrêter, au moins de façon formelle.

Transféré en
homme libre

Il a été conduit au «Jardin Exotique» en homme libre, «sans menottes» et uniquement parce qu'il a «accepté d'être entendu par la police française», selon une source judiciaire monégasque. Contactés par 20minutes.fr, les services du procureur de Lyon, Xavier Richaud, ne font pas de commentaires.

Interrogé sur la localisation du butin restant, André Muhlberger n'a pas fait de commentaires: «Nous n'avons aucune raison d'effectuer des investigations puisque nous n'avons rien à lui reprocher à Monaco». Pour vol sans violence, Tony Musulin est passible de trois ans de prison en France.