Disparition de Myriam: Ouverture d'une information judiciaire

STRASBOURG Pour enlèvement et séquestration...

20minutes.fr avec agence

— 

Toute personne ayant aperçu Myriam Caseiro est invitée à contacter la police.
Toute personne ayant aperçu Myriam Caseiro est invitée à contacter la police. — DR

Le procureur de la République de Strasbourg a fait savoir lundi après-midi que le parquet avait ouvert une information judiciaire pour enlèvement et séquestration, plus d'une semaine après la disparition de Myriam Caseiro, une lycéenne strasbourgeoise de 18 ans.

Selon des sources proches de l’enquête, la police a également lancé dimanche un appel à témoin pour retrouver un homme qui aurait, selon un témoignage, parlé avec Myriam quelques heures avant sa disparition.

Selon ce témoignage, Myriam aurait parlé dans sa rue avec un homme mesurant «au moins 1m80, aux cheveux noirs et portant une veste en coton noir avec un col en cuir». Le commissariat de Strasbourg a demandé par voie de presse à cette personne ou à tout autre témoin de la discussion de se faire connaître.

La jeune fille avait passé la journée de dimanche avec son petit ami qui l'avait raccompagnée vers 23h chez ses parents dans le quartier du Neudorf à Strasbourg. Sa mère affirme avoir entendu claquer la porte lorsque la jeune fille est rentrée mais celle-ci serait ressortie ensuite.

Pas d’hypothèse privilégiée

«On sait, grâce à des éléments de téléphonie et à un témoignage, qu'elle a quitté le domicile familial vers 23h15-23h30 dimanche soir, mais depuis nous ne savons pas ce qu'elle est devenue», avait indiqué vendredi le procureur de la République de Strasbourg, Jacques Louvel. «On ne privilégie aucune hypothèse», avait-il ajouté.

«Elle a quitté le domicile dans des conditions objectivement inquiétantes dans la mesure où cette jeune fille n'était pas une fugueuse habituelle, elle est partie après une soirée où il n'y a pas eu d'incidents particuliers, elle n'a pas emporté d'effets personnels, et elle est partie sans moyens de paiement ni téléphone portable», a encore constaté Jacques Louvel.

Très forte mobilisation policière

Les proches de la lycéenne ne sont apparemment pas soupçonnés et la police, qui a ouvert une enquête pour «disparition inquiétante», n'a procédé pour l'heure à aucune interpellation.

Patrick Roussel, le chef de la sûreté publique en charge du dossier, a insisté sur la «très forte mobilisation» des forces de l'ordre, «à la mesure de l'inquiétude» que provoque cette disparition. La photo de la jeune fille a largement été diffusée en France et en Allemagne. Une enquête de voisinage a été menée et des chiens pisteurs ont été utilisés vendredi alors que des cours d'eau ont été sondés.