Peillon: «Royal ne pourra pas faire gagner la gauche en 2012»

PARTI SOCIALISTE L’eurodéputé n’est pas tendre avec la présidente de Poitou-Charentes au lendemain de sa venue impromptue à Dijon...

N. B. avec agence

— 

Les socialistes Vincent Peillon et Ségolène Royal, le 23 septembre 2008, lors d'un meeting à Paris.
Les socialistes Vincent Peillon et Ségolène Royal, le 23 septembre 2008, lors d'un meeting à Paris. — REUTERS/Charles Platiau

Cette fois, la rupture est consommée entre Ségolène Royal et Vincent Peillon. Ce dernier n’a pas apprécié les manières de la présidente de Poitou-Charentes et il le fait savoir en disant tout haut ce que d'autres pensent tout bas. Interrogé dimanche sur Canal+ dans l'émission politique Dimanche+, l'eurodéputé socialiste a ainsi estimé que Ségolène Royal «ne pourra pas faire gagner» la gauche en 2012.

Selon lui, elle s'est «disqualifiée» samedi à Dijon lors des premières rencontres du «Rassemblement social, écologique et démocrate» où l’ex-candidate à la présidentielle s’est invitée d’elle-même à un rendez-vous auquel elle n'était pas conviée et où elle a semé le trouble par sa présence et ses déclarations, notamment à l'endroit de l'un de ses fidèles partisans.

«J'entends Ségolène Royal dire ‘je vais recadrer’. Mais il faut qu'elle se recadre elle-même», a lancé Vincent Peillon, en se demandant si Ségolène Royal entendait recadrer également «les dirigeants syndicaux, du MoDem, Daniel Cohn-Bendit, François Rebsamen...»

«C’est lamentable»


«Je crois qu'elle voulait se recadrer dans un mouvement qui lui échappe», a estimé l'eurodéputé en rappelant l'absence de Ségolène Royal à la première rencontre organisée le 22 août à Marseille de son courant «L'Espoir à gauche».

Samedi à Dijon, «c'est un événement politique majeur qu'elle est venue, d'une certaine façon, abîmer et ça rend service à la droite», a dénoncé Vincent Peillon.

«Tous les opposants à Nicolas Sarkozy veulent gagner ensemble en 2012 et de quoi parle-t-on ce matin? On parle de Ségolène Royal et de la bisbille entre socialistes, c'est lamentable», a-t-il encore accusé.

Elle a «gâché la fête»

Pour l'eurodéputé, Ségolène Royal, par sa venue, a «gâché la fête» à Dijon. «On fait quelque chose de très attendu, de nouveau (...) parce qu'on veut gagner en 2012. On fait travailler ensemble des communistes, des radicaux, Europe Ecologie, les Verts, le MoDem et beaucoup de socialistes», a expliqué l'eurodéputé.

«Nous avions fixé comme règle de dire à tous ceux qui pourraient être candidats à la présidentielle 'Ne venez pas maintenant, on vous invitera un jour, laissez-nous travailler, nous rassembler et faire un projet'. Une seule personne ne l'a pas respectée, c'est Ségolène Royal», a-t-il déploré en qualifiant sa venue de «récupération».

«Longtemps, elle a fait un procès en infidélité» mais «la réalité, c'est que c'est nous qui (l')avons soutenue». «Tous ses amis s'en vont, Jean-Pierre Mignard (avocat), Dominique Besnehard (agent des stars) et nous-mêmes, nous prenons nos distances, pourquoi? Parce qu'en réalité, ses comportements ne sont pas bons», a-t-il déploré.