Jeudi Charles Pasqua va tout balancer

POLITIQUE L'ancien ministre de l'Intérieur promet des «révélations» dans l'affaire de l'Angolagate...

Avec agence

— 

Quant au sénateur UMP Charles Pasqua, qui semble occuper une place de choix dans les carnets à spirales, il "joindra sa plainte aux plaintes déjà déposées", ou "déposera plainte en son nom", selon son avocat.
Quant au sénateur UMP Charles Pasqua, qui semble occuper une place de choix dans les carnets à spirales, il "joindra sa plainte aux plaintes déjà déposées", ou "déposera plainte en son nom", selon son avocat. — Martin Bureau AFP

L'annonce va faire trembler dans les chaumières. Charles Pasqua, condamné à un an de prison ferme dans l'affaire de l'Angolagate, promet des «révélations» jeudi lors d'une conférence de presse au cours de laquelle il reviendra à nouveau sur son rôle dans les ventes d'armes à l'Angola.

Depuis sa condamnation fin octobre, l'ancien ministre de l'Intérieur a multiplié les déclarations, réclamant en particulier la levée du secret-défense dans ce dossier et dans d'autres affaires sensibles. «Il expliquera qu'il est favorable à la levée du secret-défense pour que l'on sache qui sont exactement les intervenants dans les ventes d'armes», a expliqué à l'AFP son avocat, Me Léon-Lef Forster.

Il veut «rafraîchir la mémoire» de chirac

L'ancien ministre de l'Intérieur propose à tous les parlementaires de créer une commission habilitée à enquêter sur les affaires protégées par un secret-défense. Charles Pasqua promet également des «révélations» jeudi avec des «preuves matérielles», assurant «rafraîchir la mémoire» de l'ancien président, Jacques Chirac.

Charles Pasqua a récemment affirmé que M. Chirac, alors président de la République, avait «débloqué 900.000 francs» pour la libération des deux pilotes français détenus en Bosnie et libérés fin 1995, et que cet argent lui avait été remis par Dominique de Villepin.

Dominique de Villepin et Alain Juppé ont déjà répliqué aux accusations de Charles Pasqua pour défendre Jacques Chirac ou pour assurer n'avoir jamais eu connaissance de pratiques illégales.