Neuf millions sur onze retrouvés à Lyon

— 

Toujours en liberté, mais nettement moins riche. Les enquêteurs

de la police judiciaire ont mis la main samedi sur 9,1 des 11,6 millions d'euros dérobés jeudi matin par Toni Musulin, devenu depuis le convoyeur de fonds le plus populaire de France. Les coupures, allant de 5 à 100 eur, ont été découvertes dans le 8e arrondissement de Lyon, à l'intérieur d'une camionnette Kangoo blanche que le Villeurbannais de 39 ans avait loué sous une autre identité. « Le véhicule était garé dans un box qu'il avait louée depuis avril, à proximité du lieu où il a abandonné le fourgon blindé le jour du vol », a précisé hier après-midi le procureur de la République de Lyon, Xavier Richaud, excluant désormais une éventuelle complicité. « Il a vidé ses comptes bancaires, son appartement. C'est lui qui a loué le véhicule et qui est parti avec l'argent. Nous avons le sentiment qu'il a agi seul », poursuit le procureur.

Selon les enquêteurs de la police judiciaire, le convoyeur villeurbannais, employé depuis dix ans de la société suédoise Loomis, n'aurait pas mesuré l'ampleur de son vol. « Il a pris une somme suffisamment importante avec lui afin de régler ses premières dépenses, et il serait revenu ensuite récupérer le reste », a indiqué le directeur interrégional de la police judiciaire, Claude Catto, précisant que la diffusion de la photo du suspect avait permis de retrouver le butin. Mais le convoyeur, activement recherché depuis jeudi dans toute l'Europe, reste introuvable. « Il peut être dans l'agglomération comme à des milliers de kilomètres de là », précise Claude Catto. A la demande de la France, Interpol a demandé à ses 185 pays membres de transmettre les informations qu'ils pourraient détenir sur Toni Musulin qui, compte tenu de ses origines serbo-croates, pourrait avoir fui vers les pays de l'Est. W

À Lyon, elisa Frisullo