Bain de foule pour Jacques Chirac à la Foire du Livre de Brive

CORRÈZE rançois Hollande, lui aussi présent pour dédicacer son livre, est notamment venu saluer l'ancien chef de l'Etat...

N. B. avec agence

— 

François Hollande et Jacques Chirac se dédicacent leur ouvrage respectif à la Foire du Livre de Brive, samedi 7 novembre 2009.
François Hollande et Jacques Chirac se dédicacent leur ouvrage respectif à la Foire du Livre de Brive, samedi 7 novembre 2009. — AFP PHOTO/JEAN-PIERRE MULLER

Malgré les affaires, Il a toujours la cote. Jacques Chirac a attiré samedi, pour sa première visite à la Foire du Livre de Brive à l'occasion de la sortie du premier tome de ses mémoires, une foule nombreuse de Corréziens désireux de le saluer, parmi lesquels le socialiste François Hollande.

Dans une ambiance de campagne électorale, cerné de caméras et de micros, l'ancien président s'est d'abord offert un bain de foule jusqu'au stand de son éditeur où l'attendaient déjà des centaines de personnes.

>> Le match Chirac vs Hollande en librairie, c’est par ici...

«Ce n'est pas une campagne, c'est un plaisir», confie-t-il à quelques visiteurs, écartant en revanche les questions de journalistes au sujet de son renvoi en correctionnelle pour des emplois fictifs présumés.

Pendant près de deux heures, assis au stand des éditions Nil, pris d'assaut, Jacques Chirac signe son livre Chaque pas doit être un but, paru jeudi, échangeant quelques mots avec certains visiteurs dont les premiers patientaient depuis une heure et demie.

«Peut-être la dernière fois qu’il dédicace un livre»

Première de la file, Colette Rebière, 55 ans, originaire d'Ussel qui fut durant trente ans le fief électoral du député Chirac, ne voulait pas rater ça: «Je suis une fidèle, je l'ai rencontré pour la première fois en 1966, quand il est venu pour la première fois pour se faire élire», raconte-t-elle, avec sous le bras le livre dont elle a déjà lu les premières pages.

A côté d'elle, Catherine Bérard, 49 ans, confesse à voix basse qu'elle n'a jamais voté Chirac mais a été missionnée par son fils et son mari pour faire dédicacer deux ouvrages, «pour l'Histoire». En sueur, un «gaulliste et chiraquien de toujours», Alain Larpent, 62 ans, dit, un brin ému, que c'était peut-être «la dernière fois qu'il (lui) dédicacera un livre».

Bernadette Chirac, à l'arrière du stand, est aussi mise à contribution pour signer l'ouvrage de son mari. «Faute de grives, on mange des merles», glisse la conseillère générale de Corrèze derrière ses lunettes noires.

Holtz, Bruguière et Adler passent dire bonjour


L'animateur de télévision Gérard Holtz, l'ancien juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière et la journaliste Laure Adler, présidente de la 28e Foire du Livre de Brive, présentée comme le deuxième événement littéraire français, passent tour à tour saluer l'ancien président. «Il va avoir une tendinite», sourit Gérard Holtz.

François Hollande, président du conseil général (PS), se présente à son tour vers 12h30, salue Bernadette Chirac avant d'offrir son propre livre, Droit d'inventaires, à l'ancien chef de l'Etat.

Jacques Chirac remet sa veste pour les photos et, dans une ambiance joviale, ne se fait pas prier pour dédicacer son livre à son ancien rival politique. A la demande d'un couple, les deux hommes dédicacent même de concert l'ouvrage de Jacques Chirac, dont plus de 1.500 exemplaires ont été vendus à Brive.

Pas de polémique

Le socialiste raccompagne alors l'ex-président à sa voiture, sous de brèves huées des visiteurs n'ayant pu obtenir de dédicace. «Beaucoup de personnes n'ont pu avoir le paraphe de Jacques Chirac, je les invite à venir sur mon stand...», plaisante le leader socialiste.

«Il a été un président que j'ai beaucoup combattu. Pour autant nous devons être respectueux de l'homme et de la fonction qu'il a exercée», ajoute-t-il, concédant avoir reçu comme un message «touchant» les compliments que lui a faits récemment Jacques Chirac dans un entretien à La Montagne.

«C'est l'auteur qui venait...», rappelle François Hollande, ne souhaitant pas s'attarder sur l'actualité judiciaire de l'ancien maire de Paris. Le socialiste pouvait alors se rendre au stand des éditions du Seuil pour se consacrer, dans une Foire désormais apaisée, à la signature de son propre livre.