Le site du débat identité nationale modère-t-il ou censure-t-il les contributions?

INTERNET Seules 881 contributions sont publiées pour plus de 14.000 reçues...

Oriane Raffin

— 

Capture-écran d'une page «en cache» du site Internet du débat sur l'identité nationale. Le lien vers la page «Modération» n'existait pas encore.
Capture-écran d'une page «en cache» du site Internet du débat sur l'identité nationale. Le lien vers la page «Modération» n'existait pas encore. — DR

Ouvert lundi matin, le site du grand débat sur l’identité nationale lancé par Eric Besson est le sujet d’un autre débat: y a-t-il censure ou non des commentaires des internautes?

Mardi, 20minutes.fr a fait le test, essayant de publier une contribution estimant notamment que le débat «servait le fond de commerce du FN» et demandant si le site avait «été financé par l’argent du contribuable», mais reconnaissant que c’était positif «que les citoyens puissent débattre en ligne». Cette contribution n’a jamais été validée. Sur Rue89, plusieurs lecteurs crient à la censure. Critiquant le débat, ils estiment néanmoins que leurs propos n’avaient «pas grand chose de diffamatoire qui justifierait quelque modération à la hâche».

Après calcul de la rédaction à 12h30 ce mercredi, à 10 contributions par pages, sur 88 pages, plus une contribution seule sur la dernière page, on arrive à 881 contributions publiées pour plus de 14.000 reçues, selon le chiffre du ministère indiqué dans un communiqué.

«Modération à la hâche»?

Mais s’agit-il d’une modération de propos offensants ou d’une censure pour ne faire apparaître que des propos conformes aux idées du ministère?

Contacté par 20minutes.fr, le service de presse souligne que le nombre de contributions dépasse toutes les attentes et que beaucoup sont encore en cours de traitement par les équipes du site (elles sont modérées a priori, c’est à dire avant publication).

Une charte apparue en cours de route?

Reste à connaître les critères de modération. Plus compliqué. Si depuis mardi soir une page intitulée «Charte et règles de modération», accessible depuis le lien «modération», tout en bas de la page, à droite, précise les modalités, ce n’était pas le cas plus tôt.

A en croire les pages en «cache» (archives stockées par Google), ce n’est que mardi, entre 16h16 et 16h40 que les explications sur le mode de modération ont été ajoutées (voir illustration). Le site, lui, a été mis en ligne lundi à 8h30. Le ministère semble donc bien avoir été débordé par les questions de modération. A la question sur l’ajout de cette page, le service de communication répond sèchement «ne pas savoir» et refuse de se renseigner.