Francis Larra: «La France est coupée en deux» concernant le cancer

INTERVIEW Le président de la Ligue contre le cancer, réagit aux annonces de Nicolas Sarkozy...

Recueilli par C. M.

— 

Le cancer, responsable en 1970 d'un décès sur cinq, était en 2004 la cause d'un décès sur trois, soit la première cause de mortalité en France, mais les personnes atteintes bénéficient d'une amélioration progressive de leur espérance de vie.
Le cancer, responsable en 1970 d'un décès sur cinq, était en 2004 la cause d'un décès sur trois, soit la première cause de mortalité en France, mais les personnes atteintes bénéficient d'une amélioration progressive de leur espérance de vie. — AFP/infographie
Le plan annoncé ce lundi est-il à la hauteur de vos espérances?

Je pense qu'il va donner un nouvel élan à la lutte contre le cancer. Il y a à la fois un renforcement des mesures mises en place dans le premier plan et des aspects novateurs, notamment en termes de prévention. Par exemple, la création d'une Journée nationale de l'activité physique nous paraît une très bonne chose. Comme l'a rappelé Nicolas Sarkozy, le sport est un élément essentiel de la lutte contre le cancer. Par contre, il aurait pu aller plus loin contre le tabagisme.

C'est-à-dire?


Le prix des cigarettes va augmenter de 6% dans quelques jours, c'est vrai. Mais on aurait dû aller plus loin! Et surtout, cet argent va tomber dans la poche des fabricants. Nous souhaitions une taxe, qui aurait permis d'apporter de nouveaux financements à la lutte contre le cancer. Les associations, dont la Ligue, avaient beaucoup insister sur les inégalités dans l'accès aux soins.

Avez-vous eu le sentiment d'avoir été entendus?

Le message a vraiment été reçu. Il y a clairement dans notre pays une fracture. La France est coupée en deux avec au Nord notamment une plus forte consommation d'alcool, plus d'obésité. Or, on peut agir sur ces facteurs de risques. Par contre, il est plus difficile de réduire les inégalités économiques. Dans nos permanences, on a de plus en plus de demandes d'aide financière. C'est un sujet qui nous préoccupe beaucoup.