Affaire Grégory: la veuve de Bernard Laroche se porte partie civile

FAIT DIVERS Elle l'a annoncé lors d'une conférence de presse ce lundi...

B.D.

— 

Le 29 mars 1985, M. Villemin avait tué M. Laroche d'un coup de fusil, sous les yeux de son épouse. Le père du petit Grégory, avait été condamné en décembre 1993 par la cour d'assises de Dijon à 5 ans de prison, dont un avec sursis.
Le 29 mars 1985, M. Villemin avait tué M. Laroche d'un coup de fusil, sous les yeux de son épouse. Le père du petit Grégory, avait été condamné en décembre 1993 par la cour d'assises de Dijon à 5 ans de prison, dont un avec sursis. — AFP/Archives
Dernière info: 16h30: Marie-Ange Laroche: «On pourra prendre le deuil quand Bernard sera innocent.» A la question: «Pensez-vous qu'on saura un jour ce qui s'est vraiment passé?», elle répond: «Je garde espoir.»

>> A venir, le reportage de notre journaliste sur place.

16h25:
Les Laroche se constituent partie civile afin d'avoir accès au dossier, et demander des expertises. Mais il faut que la cour de DIjon décide que la constitution de partie civile est recevable.

16h23
: «Madame Laroche veut LA vérité et non pas une vérité», indique son avocat, qui souligne que son fils Sébastien a vu sa vie détruite, étant traumatisé par l'arrestation de son père. Ses enfants vivent très mal la situation.

16h22
: «A Dijon, il y a eu deux procès en un. D'abord, qui a tué Grégory Villemin? Ensuite, pourquoi Bernard Laroche a été assassiné? Le juge de Dijon a considéré que c'était le même dossier», déplore Gérard Welzer.

16h21:
L'avocat de Marie-Ange Laroche raconte la difficulté des Laroche à voir, à chaque fois qu'il y a une nouveauté dans l'affaire, le mari, leur père menotté et arrêté, comme un véritable coupable. «On voit l'image d'un présumé coupable. La présomption d'innocence n'a pas été respectée».

16h18:
«J'ai vécu 25 ans de calvaire. C'est intenable, je le supporte mal, mes enfants aussi, c'est très dur de vivre ce que je vis», confie Marie-Ange Laroche, visiblement éprouvée. Elle affirme par ailleurs n'avoir aucun contact avec les Villemin.

16h17
: L'ADN n'est pas, pour Marie-Ange Laroche et son avocat, fiable puisqu'on n'est pas sûrs que la lettre a été envoyée par le «vrai» corbeau. Dans la constitution de partie civile, ils demandent l'examen des cassettes de la voix du corbeau.

16h14
: Le livre de Marie-Ange Laroche ne sort pas aujourd'hui pour profiter du buzz. «J'ai deux fils, ils ont le droit de savoir la vérité. De plus, j'en suis toujours aujourd'hui au même point, a livrer le même combat.» Le livre était prévu à la date d'aujourd'hui depuis longtemps. Son avocat précise que c'est une «coïncidence» puisqu'ils n'ont pas accès au dossier.

16h13:
Gérard Welzer, l'avocat de Marie-Ange Laroche, rappelle qu'«on n'instruit ni seulement a charge, ni contre un mort. Ça a été fait contre Bernard Laroche par Dijon», indique-t-il, précisant qu'il ne veut pas que ça se reproduise...

16h09:
Marie-Ange Laroche rappelle que la lettre du corbeau sur lesquelles des traces ADN ont été trouvées est postérieure a la mort de son mari (elle date du 24 juillet 1985, Bernard Laroche a été tué le 29 mars 1985).

16h06: Marie-Ange Laroche se porte partie civile car elle est «a la recherche de la vérité, la vraie vérité».

16h: la veuve de Bernard Laroche - un temps suspecté de l’assassinat Grégory Villemin en 1984 - affirme lors d'une conférence de presse ce lundi: «Bernard est innocent. Je veux tout faire pour le prouver». «Je ne crois pas que depuis 25 ans la justice a essayé de trouver un autre coupable», ajoute-t-elle. «On a l'impression d'être 25 ans en arrière», indique son avocat.

Un peu plus tôt ce lundi, Marie-Ange Laroche avait indiqué qu'elle ne s’«opposait pas, malgré la douleur, à l’exhumation du corps» de son mari. Elle a précisé lors de la conférence de presse qu'elle ne ne mettrait «aucun obstacle, mais avant de laisser exhumer le corps de Bernard, je veux qu'ils cherchent partout ailleurs.»

>> Les grandes dates de l'affaire Grégory en diaporama...


«Marie-Ange Laroche passe à l’offensive», a confirmé son avocat, Gérard Welzer, à l’AFP. «Elle va annoncer des choses qui vont surprendre», prévient-il, avant de soutenir qu'«elle ne veut qu’une chose : la vérité». Marie-Ange Laroche doit en outre publier mercredi un livre, Les larmes oubliées de la Vologne (L’Archipel).

>> Notre dossier sur l'affaire Grégory


L’enquête sur l’assassinat a été relancée le 22 octobre dernier, après l’annonce de la découverte de traces d’ADN sur une lettre du corbeau et sur les cordelettes qui ont noué les poignets et chevilles de l’enfant, retrouvé noyé dans la Vologne à Docelles (Vosges) le 16 octobre 1984.

Inculpé d’assassinat et placé en détention provisoire à la fin de l’année 84, Bernard Laroche - un cousin de Jean-Marie Villemin, le père du petit Grégory - avait été remis en liberté en février 85, tout en restant inculpé du crime. Il avait été abattu par Jean-Marie Villemin le 29 mars 1985, devant son domicile.