Il faut que le procès de Jacques Chirac «vienne vite»

JUSTICE C'est ce qu'estime son ancien secrétaire général à l'Elysée, Frédéric Salat-Baroux...

C. F. avec agence

— 

Jacques Chirac en juillet 2008
Jacques Chirac en juillet 2008 — REUTERS/ P. Wojazer

Il faut que le procès de Jacques Chirac dans le dossier des emplois présumés fictifs de la mairie de Paris «vienne vite» afin de «purger des années de campagnes et de salissures» contre Jacques Chirac. C'est ce qu'estime son ancien secrétaire général à l'Elysée (de 2005 à 2007) dans une tribune au Figaro daté de lundi.

Pour Frédéric Salat-Baroux, «rien ne serait pire pour Jacques Chirac qu'un appel du parquet» contre l'ordonnance de renvoi en correctionnelle signée par la juge d'instruction Xavière Simeoni.

«Ce procès est maintenant indispensable»

«Ce procès aurait mille fois pu être évité. Il est maintenant indispensable» ajoute-t-il, jugeant la tenue de l'audience «indispensable» afin que chacun des 21 emplois présumés fictifs reprochés à Jacques Chirac à l'époque où il était maire de Paris «soit passé au crible objectivement et sans le prisme de décennies d'amalgames et de campagnes de presse».

Jean-Pierre Raffarin a pour sa part trouvé «que tout ceci est globalement injuste». «Je ne crois pas qu'au fond cela apporte grand chose aujourd'hui d'envoyer au tribunal Jacques Chirac», a déclaré le sénateur UMP de la Vienne sur Europe 1. «Il a raison de vouloir aller à son procès de manière détendue (...) Il y a procès, il y va sereinement. Je trouve son attitude digne et donc je la respecte», a ajouté l'ex-Premier ministre.