Le «plan cancer II» annoncé par Nicolas Sarkozy en direct

O.R. avec agence

— 

Le cancer du poumon est le cancer le plus mortel
Le cancer du poumon est le cancer le plus mortel — SIPA / Jaubert
>> A venir, une synthèse des annonces de Nicolas Sarkozy.

13h25: Le discours est terminé.
13h23: Hommage à Jacques Chirac
"Il a eu raison de lancer ce plan cancer". Le président annonce que le second volet qu'il présente aujourd'hui va fonctionner, et qu'il y en aura même un troisième, car le cancer est une question "qui dépasse les clivages droite-gauche".
13h22: "La maladie peut tomber sur chacun, moi compris"
"On va tous se mobiliser pour ceux qui souffrent de la maladie dans leur corps, et en plus dans le regard des autres." Les malades sont des Français comme les autres, qui demandent "notre solidarité et notre affection".
13h19: "Je trouve ça injuste qu'un malade en plus d'affronter la maladie ne puisse pas faire de projets"
Les bénéficiaires de l'ALD qui n'ont plus de traitement lourd depuis cinq ans sortiront d’office du dispositif d’ALD, qui permet une prise en charge totale des soins par la Sécurité sociale. Le président semble d'accord avec cette proposition du plan de financement de la sécurité sociale, qui a provoqué une levée de boucliers chez les socialistes. La députée Michèle Delaunay fustige une décision qui remet en cause la prise en chagre des malades en rémission.
Nicolas Sarkozy souhaite que l'accès à l'emprunt et à une couverture assurentielle soit assurée pour els patients sortis de la maladie.
13h18: "Avant on avait honte d'avoir un cancer"
Le président rappelle que les patients ont toujours une crainte, à chaque consultation après leur guérison. Il souhaite une hausse à 50% des suivis.
13h14: La vie après le cancer
Espérant que le cancer devienne un jour une maladie chronique, le président veut augmenter le pourcentage de guérison de la maladie (50% aujourd'hui).
"La vie après le cancer ne doit pas être un sujet tabou, il faut accompagner les personnes guéries." La président veut "décomplexer" la vision du cancer.
13h08: Le tabac et l'alcool
Nicolas Sarkozy annonce que la hausse de 6% du paquet de cigarettes, est une forte hausse (à compter du 9 novembre), pour lutter contre le tabagisme.
Il annonce l'interdiction de la vente de cigarettes sur Internet, "ça n'a aucun sens", et réaffirme l'importance de l'interdiction de vente de tabac et d'alcool aux mineurs.
Le président apostrophe, presque à chaque paragraphe de son discours, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.
"En 2011, le taux d'alcool devra être indiqué sur chaque bouteille", et le président de saluer le travail d'organisme tels que les Alcooliques anonymes, qui prennent en compte la psychologie, et aide à réduire les coût de l'assurance maladie.

13h07: Le ministère de la Santé et des Sports créé ainsi car les deux sont interdépendents
Dans le même ordre d'idée, l'activité physique ne doit pas être réservée aux plus riches. Le président rappelle que l'activité physique est un moyen de prévenir les cancers.


13h05: Observer pour prévenir les facteurs de risques
Le président rappelle que les tissus adipeux prédisposent au cancer. Il faut lutter contre l'obésité, non pas pour les apparences, mais car c'est un facteur aggravant du risque d'une maladie grave. Et de fustiger les "images retouchées".
13h02: La réduction des inégalités
Dans toutes les phases du plan, cette lutte contre les inégaité"s est une "priorité transversale". Ainsi, le président souhaite disposer de données plus ciblées sur "ce qu'est le cancer aujourd'hui". Il rappelle que "les Etats-Unis travaillent sur des données de 2009, alors que la France n'en est qu'à celles de 2007". Il en appelle à l'Institut de veille sanitaire.
13h00: La déséquilibre social face au cancer
Nicolas Sarkozy s'émeut "Il y a deux fois plus de risque pour les ouvriers entre 30 et 65 ans d'attrapper le cancer que pour les catégories sociaux-professionnelles". Et s'inquiète de cette inégalité.
12h59: Le drame d'Epinal
Le président rappelle le drame d'Epinal, et demande un plus grand nombre de radiothérapeutes.
12h57: Plus de recherche sur l'environnement, plus d'oncologues
Le président souhaite consacrer 15% du budget de la recherche du plan à l'étude des risques comportementaux et environnmentaux. De plus, il demande que plus d'oncologues, de radiologues, d'hématologues soient formés, notamment dans les régions les plus fragiles. Le président veut 20% de spécialistes en plus.
12h56: Plus d'essais cliniques
Les cinq sites doivent travailler, au niveau européen, en réseau, pour multiplier les travaux.
12h54: Cinq sites pluridisciplinaires créés
Le gouvernement veut que ceux qui seront malades dans 10 ans, dans 20 ans puissent bénéficier des meilleurs soins possibles. Cinq sites "facteurs d'émulation" pour accélérer le transfert des avancées de la recherche au bénéfice des malades. Nicolas Sarkozy veut que tous les acteurs de la lutte agissent ensemble: "chercheurs, moyens finanicers, et même patients en nombre suffisant pour mieux comprendre et traiter la maladie."
12h23: Trois objectifs
Soigner le cancer, réduire les inégalités, comment on vit après le cancer.
12h52: Sarkozy déterminé à mettre "les moyens"
Le président annonce 750 millions d'euros, pour la lutte. Il dit "ne aps avoir el droit de faire des économies" sur ce sujet.
12h51: Le cancer "sort de l'indiscible"
On ose aprler aujourd'hui de "la douleur, la soufrance, l'inégalité et l'isolement" que provoquent le cancer. Le président rappelle que le cancer est une maladie d'une redoutable complexité, mais dont on guérit. Le président annonce que le plan s'est inspiré des travaux du Professeur Grunfeld.
12h50: La lutte contre le cancer, un enjeu majeur pour la France
Nicolas Sarkozy parle de la "question centrale à ses yeux" de la lutte contre le cancer. Il rappelle que le cancer est la première cause de mortalité depuis 2004, une maladie qui touche tout le monde, et à laquelle "on ne peut aps rester indifférent".
12h49: C'est parti!
12h33: Le discours va bientôt commencer.

Le point sur les mesures attendues:

En déplacement à Marseille ce lundi, le président de la République va annoncer le nouveau Plan cancer, pour la période 2009-2013, qui prendra la suite du plan lancé par Jacques Chirac en 2003-2007.

Dans ses annonces, le président devrait insister sur les moyens de réduire les inégalités sociales et de prévenir cette maladie qui causera, selon les spécialistes, 150.000 morts en France cette année.

Objectif pour Nicolas Sarkozy: faire mieux que son prédécesseur. La Cour des comptes avait en effet souligné les «carences» et les «défaillances» du plan cancer de Jacques Chirac, dont seul un tiers des 70 mesures avait été réalisé.

Amplifier la prévention


Le Professeur Jean-Pierre Grünfeld, chargé de remettre des recommandations au président de la République, avait suggéré de «cibler des ressources supplémentaires vers les territoires les plus touchés et les personnes les plus vulnérables» et d'«amplifier les actions de prévention de proximité».

Côté prévention, le nouveau plan cancer ne pourra éviter de parler du tabagisme, considéré comme la première cause de décès par cancer. Certains s'attendent à ce que Nicolas Sarkozy annonce l'inclusion sur les paquets de cigarettes d'images-choc, comme celles de poumons endommagés ou de dents pourries. Une vingtaine de pays ont déjà recours à cette contre-publicité, défendue par les anti-tabac et par l'Organisation mondiale de la santé.