Maison de retraite: écrouées pour sévices

© 20 minutes
— 

Soupçonnées de maltraitance dans la maison de retraite Pierre-Brunet à Arras, une aide-soignante et une infirmière ont été écrouées dans la nuit de mercredi à jeudi. L’aide-soignante est mise en examen pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner », sa collègue pour « violences volontaires » et « non-dénonciation de crime ». Une dizaine de pensionnaires pourraient avoir été victimes de sévices, alors que les premiers éléments de l’enquête ne relevaient que quatre cas de négligences de soins et de maltraitance psychologique. Désormais, l’aide-soignante est notamment soupçonnée d’avoir poussé de son lit une patiente de 90 ans, le 6 septembre, entraînant sa mort deux heures plus tard. Des faits qualifiés d’« absolument consternants » par le procureur de la République. Ce décès n’avait pas attiré de soupçons, malgré un hématome sur la tempe gauche de la victime. L’avocat de l’aide-soignante, Philippe Leté, s’est étonné hier de la passivité de l’établissement, révélant que sa cliente était traitée pour « des problèmes d’alcool très importants, connus de la direction depuis dix ans. Et on a trouvé normal de lui confier tant de patients. » Mercredi, la médecin-chef de la maison de retraite a été placée en garde à vue. Elle aurait pu falsifier des dossiers médicaux de patients maltraités. Le représentant FO du personnel a lui aussi pointé des anomalies. Hier, il a indiqué avoir réclamé une enquête administrative à la Dddas, en juin : « On savait depuis un moment qu’il y avait des dysfonctionnements : effectifs en inadéquation avec la charge de travail, absentéisme important, turn-over inquiétant des cadres... » Une mission d’inspection mandatée par le préfet et le directeur de l’agence régionale d’hospitalisation s’est rendue hier à la maison de retraite. Elle devait examiner son organisation et son fonctionnement.

retraite Le centre  de cure Pierre-Brunet emploie 130 agents  et accueille 240 résidents. Agées de 44 ans, les employées suspectées travaillaient de nuit.