Dix ans de feuilleton judiciaire

— 

Des armes venues d'Europe de l'Est revendues dans les années 1990 à l'Angola par Arcadi Gaydamak et Pierre Falcone impliquant des personnalités françaises haut placées... voici les principales dates de l'Angolagate.

G

Septembre 2000 Une liste de personnes et de sociétés rémunérées par Brenco, entreprise de vente d'armes dirigée par Pierre Falcone, révèle les noms de Jean-Christophe Mitterrand, Jacques Attali et du préfet Jean-Charles Marchiani.

G

Fin novembre 2000 Des perquisitions ont lieu au domicile de Marchiani, au siège du parti politique de droite RPF et au conseil général des Hauts-de-Seine, présidé par Charles Pasqua, chez Attali et Jean-Christophe Mitterrand. Pierre Falcone est mis en examen et écroué.

G

21 décembre 2000 Jean-Christophe Mitterrand est mis en examen et écroué. Il reconnaît avoir perçu de l'argent, mais nie tout trafic. Il est libéré deux semaines plus tard contre une caution de 5 millions de francs.

G

2001 Attali, Marchiani et Pasqua sont mis en examen. Le ministère de la Défense dépose plainte pour trafic d'armes. Un mandant d'arrêt est délivré contre Arcadi Gaydamak, réfugié en Israël.

G

6 avril 2007 Quarante-deux personnes sont renvoyées en correctionnelle. W

Charlotte Mannevy (avec AFP)