La biodiversité du globe étudiée en détail

Charlotte Mannevy

— 

Des termites sur l'île de Madagascar. Les scientifiques ne connaissent que 1,8 million 
des 8 à 30 millions d'espèces qui vivraient sur terre.
Des termites sur l'île de Madagascar. Les scientifiques ne connaissent que 1,8 million des 8 à 30 millions d'espèces qui vivraient sur terre. — TOURNERET / SIPA

Que sait-on des espèces qui peuplent notre planète ? Rien ou presque. A ce jour, 1,8 million d'espèces sont connues des scientifiques. Une paille, comparé aux 8 à 30 millions d'êtres vivants qui existeraient sur terre. A la veille de l'Année internationale de la biodiversité, le Muséum d'histoire naturelle et l'ONG Pro-Natura International lancent donc « La planète revisitée »*, un vaste programme d'expéditions naturalistes qui se donne dix ans pour effectuer un inventaire massif de la biodiversité dans des zones géographiques jusqu'ici peu explorées.

Première étape dès le mois de novembre et jusqu'en avril prochain : la côte du Mozambique et les fonds marins de Madagascar, un « point chaud » de biodiversité (lire encadré). « On ne se fait pas de souci, le potentiel de découverte est énorme », s'enthousiasme le professeur Philippe Bouchet, professeur au Muséum en charge de la partie « marine » de l'expédition. Un premier voyage a eu lieu en avril dernier : « La moitié des spécimens que nous avons ramené nous sont totalement inconnus. » L'expédition, au budget de 2 millions d'euros, mobilisera une cinquantaine de personnes sur place chargées de traquer des spécimens (principalement des invertébrés et des plantes) qui serviront ensuite à des centaines de chercheurs. L'opportunité est unique pour les scientifiques, d'autant que le temps joue contre eux. Le quart, voire la moitié des espèces vivantes pourrait disparaître d'ici à la fin du siècle sous l'effet de la surexploitation, de la pollution et des changements climatiques. Or moins les zones fragiles sont étudiées, moins elles ont de chances d'être protégées. Comme le souligne Olivier Pascal, responsable du programme « forêts » de l'expédition « au moment où nous parlons, la forêt côtière du Mozambique est en train de disparaître. Dans les pays voisins (Kenya et Tanzanie) où elle a été étudiée, la forêt bénéficie d'un plan de sauvegarde. » W

* www.laplaneterevisitee.org.