Les «hommes-clés» de l'Angolagate lourdement condamnés

JUSTICE Pierre Falcone, Arcadi Gaydamak, Charles Pasqua et Jean-Charles Marchiani écopent de peines de prison ferme...

B.D. avec agence

— 

Restaient les personnalités comme Charles Pasqua, Jean-Charles Marchiani, Jean-Christophe Mitterrand, Jacques Attali ou Paul-Loup Sulitzer, accusées d'avoir bénéficié des largesses d'un Pierre Falcone à la "générosité compulsive", dira un avocat.
Restaient les personnalités comme Charles Pasqua, Jean-Charles Marchiani, Jean-Christophe Mitterrand, Jacques Attali ou Paul-Loup Sulitzer, accusées d'avoir bénéficié des largesses d'un Pierre Falcone à la "générosité compulsive", dira un avocat. — Boris Horvat AFP

Haro sur les grandes figures de l'Angolagate. Ce mardi après-midi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné sévèrement Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak, les deux associés étant accusés d'avoir mis sur pied un commerce de vente d'armes à l'Angola entre 1993 et 1998, ainsi que le sénateur UMP des Hauts-de-Seine, Charles Pasqua, et l'ancien préfet du Var, Jean-Charles Marchiani.

>> Pour retrouver l'intégralité des peines prononcées en direct, cliquez ici

Pierre Falcone a été condamné à six ans de prison ferme pour trafic d'influence, commerce d'armes et abus de biens sociaux par le tribunal, qui a suivi les réquisitions du parquet. Sa condamnation a été assortie d'un mandat de dépôt à l'audience. L'homme d'affaires Arcadi Gaydamak, qui réside à Moscou depuis novembre 2008 après s'être réfugié en Israël, et grand absent du procès, a lui aussi été condamné à six ans de prison ferme. Déjà visé par un mandat d'arrêt, il est condamné pour commerce d'armes, trafic d'influence et blanchiment.

Un an de prison ferme pour Charles Pasqua

Le sénateur Charles Pasqua, absent ce mardi, a pour sa part été condamné à une peine de trois ans de prison, dont deux avec sursis et à 100.000 euros d'amende pour trafic d'influence. Le parquet avait requis une seule peine de trois ans avec sursis. Jean-Charles Marchiani est quant à lui condamné à trois ans de prison, dont 21 mois avec sursis pour complicité de trafic d'influence et recel d'abus de biens sociaux.

Charles Pasqua et les hommes d'affaires Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak vont faire appel de leur condamnation, ont indiqué leurs avocats à l'issue de l'audience. Emmanuel Marsigny, l'avocat de Pierre Falcone, a jugé qu’en «ne cherchant pas d'autres responsabilités, notamment au niveau des instances politiques, alors que l'information a démontré que l'ensemble des services de l'Etat étaient parfaitement informés du rôle de mandataire de Pierre Falcone, le tribunal a donné une fausse lecture à ce dossier». Et le conseil d'ajouter: «Nous allons demander que l'ensemble des documents dissimulés par les autorités françaises, encore classés secret défense à ce jour, soient communiqués à la cour», en prévision du procès en appel.

Concernant Charles Pasqua, condamné pour la première fois à de la prison ferme, son avocat, Lef Forster, a considéré que la décision était «d'une sévérité extrême».