POLITIQUE

Clearstream, un tremplin pour Villepin

Même s'il risque dix-huit mois de prison avec sursis et 45 000 euros d'amende...

Mais aucune peine d'inéligibilité n'a été requise, mardi, à l'encontre de Dominique de Villepin. « Sans vouloir faire de mauvais esprit, je crois qu'il n'a jamais été élu, a raillé Thierry Herzog, l'avocat de Nicolas Sarkozy. La question de son inéligibilité ne se pose donc pas. » La question de son avenir politique, si.

Alors que le tribunal correctionnel de Paris ne rendra son délibéré que dans quelques mois (lire encadré), les proches de l'ancien Premier ministre sont, eux, déjà entrés en campagne. « Dominique de Villepin a plus encore un avenir politique, a ainsi lancé François Goulard, député UMP du Morbihan. Je suis certain qu'il sera candidat en 2012. »

Quelle que soit l'issue du procès Clearstream ? « Oui, assure Georges Tron, député villepiniste de l'Essonne. S'il est relaxé, il passera pour une victime. S'il est condamné, pour quelqu'un qui a été accusé à tort... »

Cette agitation dans les propres rangs de la majorité fait sourire Dominique Paillé. « Moi, je ne lis pas dans le marc de café, explique le porte-parole de l'UMP. Mais je ne vois personne manifester dans la rue avec des pancartes Villepin 2012. » Avec des pancartes Sarkozy 2012, non plus. « Euh... Ça va venir », poursuit-il, un peu pris au dépourvu. En fait, ça va venir aussi pour Dominique de Villepin. « Il va être très présent dans le débat national, faire beaucoup de déplacements, assure Jean-Pierre Grand, député UMP de l'Hérault. Et puis, il a des troupes derrière lui et même l'asso Club Villepin qu'il vient de créer... » Surtout, l'ancien Premier ministre vient de reprendre son adhésion à l'UMP. « S'il veut se présenter, il sera donc soumis aux mêmes règles que les autres candidats, sourit Dominique Paillé. On a toujours travaillé dans l'unité. » W