Sans titre 357639

— 

G Pour Thierry Solère, maire adjoint de Boulogne-Billancourt (92) interrogé par 20minutes.fr, il s'agit d'« un choix de raison ». « Il y a eu une formidable manipulation dans laquelle on a nié le suffrage universel. Jean Sarkozy a écouté l'opinion publique. »

G Brice Hortefeux, le ministre de l'Intérieur, invité hier soir dans « A vous de juger » sur France 2, a estimé que « Jean Sarkozy assume courageusement sa démarche ».

G Le porte-parole adjoint de l'UMP, Dominique Paillé, a salué « le courage et l'abnégation de Jean Sarkozy ». « Je suis convaincu que les Français qui doutaient de sa valeur personnelle ont pu vérifier ce soir à travers ses propos son sens de l'intérêt général, sa stature et son talent. »

G Pour le porte-parole du PS, Benoît Hamon, « le président de la République a demandé à son fils de renoncer à une fonction pour laquelle, manifestement, il n'était pas prêt » et qui relevait du « favoritisme évident ».

G Nadine Garcia, conseillère générale (PCF) des Hauts-de-Seine, estime que cette annonce est « une grande victoire de tous ceux qui se sont mobilisés contre cet acte de népotisme ».