Et maintenant, à qui la place ?

— 

Plusieurs possibilités s'ouvrent désormais pour la présidence de l'Epad. Un autre administrateur peut décider de briguer ce poste, à l'image de Patrick Jarry, maire PCF de Nanterre, qui comptait se présenter face à Jean Sarkozy malgré la majorité de droite parmi les votants. Mais il serait également possible de laisser Patrick Devedjian (UMP) en place, démissionnaire car frappé par la limite d'âge de 65 ans. Un amendement pour relever l'âge maximal des présidents d'établissements publics avait d'ailleurs été imaginé dans la loi sur le Grand Paris, avant de disparaître dans le projet final de Matignon. W