Un rapport susceptible de relancer l'affaire Grégory remis jeudi

JUSTICE Il rendra compte du résultat d'une recherche d'empreintes génétiques sur les vêtements et les liens retrouvés sur le corps de l'enfant...

Avec agence

— 

AFPTV

Un rapport d'expertise génétique, susceptible de relancer l'enquête sur l'assassinat du petit Grégory Villemin, en 1984 dans les Vosges, sera «remis (ce) jeudi au président de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon» Jean-François Pontonnier, a indiqué le Parquet général.

«Extraire les éventuelles empreintes génétiques»

Le président Pontonnier aura alors «tout loisir, après en avoir pris connaissance, d'en avertir les différentes parties», a déclaré Jean-Marie Beney, procureur général de la cour d'appel de Dijon, sans autre précision.

>>> Retrouvez en images et en 12 dates clé l'affaire Grégory en cliquant ici.

La chambre de l'instruction avait désigné le 5 mai dernier le laboratoire lyonnais Biomnis (ex-Mérieux) pour expertiser les scellés du petit Grégory, et en «extraire les éventuelles empreintes génétiques». Le président Pontonnier avait alors demandé au laboratoire «un rapport préliminaire dès que possible», précisant que les résultats de l'expertise ne seront pas attendus avant «au moins deux mois».

Des résultats possibles grâce aux scellés

Le 3 décembre 2008, la chambre de l'instruction avait ordonné la réouverture de l'enquête dans l'assassinat du jeune Grégory Villemin, renouant avec l'une des plus grandes énigmes criminelles françaises près d'un quart de siècle après la découverte du corps de l'enfant dans les eaux de la Vologne (Vosges).

L'état de bonne conservation des scellés, les vêtements de l'enfant (anorak, bonnet, survêtement) mais également les cordelettes et les enveloppes des lettres du corbeau, conservés dans les locaux de la cour d'appel, peuvent permettre d'obtenir des résultats, selon les experts.

L'AFFAIRE GREGORY

Grégory, quatre ans, a été retrouvé mort le 16 octobre 1984 pieds et poings liés dans la Vologne. Le lendemain du meurtre, les parents ont reçu une lettre anonyme: «Ton fils est mort. Je me suis vengé».